Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 Shirayuki Maeda [TERMINEE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Shirayuki Maeda
avatar
Messages : 68
avatar
Japonaise - Commerçante
MessageSujet: Shirayuki Maeda [TERMINEE]   Dim 7 Aoû - 14:31






MAEDA SHIRAYUKI

Surnom(s) : Yuki ou Shira
Âge : 33 ans
Né(e) le : 22 Décembre
À : Kôga
Origine : Japonaise
Résidence : Kyoto
Situation familiale : Célibataire
Groupe : Citoyen
Sous-groupe : Commerçante
Arme(s) : Son Balai et son éventail


Physique


Shirayuki est une femme mature, bien que préservé par le temps, elle a comme même quelques rides qui apparaissent au coin des yeux. Elle en n’a pas honte, cependant, son corps est son outil de travail, et il doit être parfait, c’est pourquoi, elle cache ses rides avec du maquillage, après tout, les hommes préfèrent les femmes jeunes et fraîches, pas celles qui commencent à voir leur beauté se faner.

Comme toutes ses contemporaines, elle a le teint pâle d’une poupée, qui fait ressortir la couleur cuivre de ses yeux. Ceux-ci sont mis en valeur par des cils, donnant à Shira un regard de biche. Pour compléter le tableau, parlons de ses longs cheveux châtains et droits, qu’elle aime nouer en de complexes chignons durant son travail, puis les laissant en liberté une fois son emploi terminé.

Pour une femme japonaise, Shira est grand, faisant environ un mètre soixante-cinq. Il n’y a pas une once de graisse dans son corps, elle en prend soin, elle fait des exercices d'assouplissements, en plus de ses cours de danse. Elle aime courir autour de la ville, mais aussi pratiquer les bases d’arts martiaux, trouvant cela reposant pour elle. Il faut dire que ses seize premières années de vie ont été dépensées à l’apprentissage du maniement de la lance. Avec cela, en plus de garder la forme, elle a de légers muscles, qui ne sont pas voyants. Après tout, quels hommes aimeraient avoir une femme dans son lit, qui est plus musclé que lui ?

Elle a des .... poumons bien développés et des hanches dans la moyenne, il en a assez pour qu’un homme puisse y poser confortablement ses mains.
Peu de gens savent qu’elle a des fossettes au creux de ses reins, juste au-dessus des fesses.



Caractère

Douce à la fois rebelle. Son visage d'ange cache une force de la nature, une maman ours qui n'hésite pas à dire ce qu'elle pense quand c'est pour prendre soin de sa petite troupe. Pour elle, c'est son devoir de prendre soin de tout le monde car, elle a toujours été une personne très maternelle.

Malgré sa douceur, Shira cache très bien sa part d’ombre derrière ses sourires enjôleurs. Pour sa famille, celle de cœur, elle serait prête à tuer de nouveau. Comme une louve, elle est hargneuse quand on s’en prend à ses petits ou à sa meute, elle ne lâchera rien tant que la menace n’est pas éliminée. C’est ce qu’elle recherche chez un homme en priorité, la loyauté, et la protection. Elle ne se laissera pas « courtiser » par un homme qui n’est pas prêt à tous pour défendre les siens. Elle se moque s’il est riche ou pauvre, noble ou paysan, du moment qu’il est ses qualités, un code d’honneur.

Elle est prête à la moindre occasion à taquiner les gens, qu'elle apprécie, de manière gentille. Elle n'aime pas quand quelqu'un manque de politesse comme un merci ou autre, que vous soyez un client ou un employé, elle ne peut pas se retenir de faire la morale sur la politesse, ou de vous reprendre. Souvent, elle punis l'impolitesse et la vulgarité à coup d'éventail.

Derrière ses yeux de biche, se cache également des blessures profondes et anciennes, du temps où son clan, son village l’a abandonné suite à sa blessure, la traitant d’inutile. C’est pourquoi, au premier abord, elle paraît froide avec les gens qui ne sont pas de son entourage ou ses clients. Elle se moque qu'elle peut paraître auprès des autres, malgré son parcours d'ancienne geisha et son éducation féminine durant son enfance. Comme une ancienne lancière, son rôle premier n'était pas la diplomatie ou autre, plus de garde du corps.

Elle se montre sous son meilleur jour pour ne pas être critiqué ou pour leur montrer qu'ils sont insignifiants pour elle. Elle n'est pas bagarreuse, elle évite au contraire les conflits, pendant son enfance, elle préférait les cours de musiques que de combat ou autres. Mais parfois, elle doit y mettre un terme, soit avec des fois un tirage d'oreille, soit un coup d'éventail. Elle n'a pas le choix non plus, c'est son devoir d'être diplomate et d'apaiser les conflits, si cela perdure "Merci Mr le videur de raccompagné le monsieur dehors". Oui, elle prône la justice absolue, une justice radicale, peu importe le prix ou la méthode utilisée


Elle est maniaque sur la propreté, comme toute femme qui se respect. Le meilleur moyen de me faire avoir une crise cardiaque, c'est de salir un sol tous juste lavé, ou faire des miettes en mangeant. S'il existe des assiettes, c'est qu'il y a une raison, alors utilisez-les !

Une chose qu'elle adore, c'est La pluie. Se promener en temps de pluie dehors à pied nu avec comme seul compagnon le bruit des gouttes qui tombent sur le sol et l'odeur qu'elle dégage.

Elle est fière de ce qu’elle a créée de ses propres mains, sans l’aide de quiconque, d’abord, elle était une maiko, puis une geisha populaire, puis avec le soutien de son Danna, elle s’est offerte une liberté bien mérité. Avec le succès de son établissement, elle a pu rembourser son Danna. Elle offre un refuge et un travail à ceux dans le besoin. Ce n'est pas un Okiya ou une maison close , bien que certaines de mes employées sont d'anciennes geisha ou des femmes normales, mais elle interdit les passes ou qu'on touche à ses filles.

Elle aide régulièrement les leader du quartier rouge, elle sert surtout de boîte postale ou de secrétaire, elle gère dans l'ombre. Elle laisse aux hommes le côté bourru, violent. Shira préfère organiser et recevoir les réunions, offrant des conseils quand il le faut. Les samouraïs, les Shinsengumi ont aucune réelle autorité dans les lieux, tout ce fait par les gardes du quartier. Néanmoins, cela n’empêche pas qu’il y a des échanges d’informations entre les deux groupes, et que si nécessaire, l’un livre à l’autre un prisonnier de choix. C’est une fragile alliance verbale. Le groupe a la main basse sur les maisons closes, les importations de marchandises, etc…Ils supportent mal que d’autres groupes de voyous empiètent sur leurs plates-bandes, et en plus, sur leur territoire.

Histoire

Shira provient d’un village ninja non loin de Kyoto, nommé Kôga. Tout le monde a la possibilité de devenir ninja, homme comme femme. C’est dans cet environnement que Shira est née, un 22 décembre. Elle est la troisième enfant de la famille, mais c’est la première fille. Il n’y aucun traitement de faveur, elle est élevée comme ses frères sans chichi. Elle suit les mêmes cours, les mêmes habitudes qu’on leur impose, c'est pourquoi elle tient plus du garçon manqué que de la petite fille, cela va lui suivre tout le long de sa vie. Elle a quelques classes en plus, telles que la cérémonie du thé, l’arrangement floral, jouer d’un instrument de musique et danser. Ces classes sont ses préférés, car même si elle a été élevé dans le chahut masculin, elle n'aime pas utiliser la violence, elle aime la quiétude d'une chambre pour peindre, etc... Les femmes sont favorisées pour les missions de séduction et d’infiltration, c’est pourquoi elles doivent savoir, se faire, passer pour une femme de qualité, comme une femme de petite vertu. C’est un des points noirs de son éducation, elle a également dû apprendre à satisfaire un homme, qu’elle apprécie ou non l’acte, elle doit simuler et stimuler l’égo de l’homme, c’est ainsi qu’une semaine après son premier sang, elle perdit ce qui faisait d’elle une enfant.

Comme tous les ninjas, elle a appris à manier une arme, elle a privilégié la lance, la trouvant maniable et plus pratique. Elle avantage le combat éloigné, surtout si les ennemis sont des hommes, même avec son entraînement, elle ne fait pas le poids en combat rapproché. Malheureusement, peu après son seizième anniversaire, c’est dans un combat rapproché qu’elle fut blessée à sa main d’arme. Une mauvaise coupure lui a sectionné les tendons de son poignet, après des mois de rééducations, le verdict tomba, elle a perdu la motricité de deux de ses doigts, lui rendant le maniement de sa lance, impossible. Le chef du village lui laissa deux choix, devenir une femme au foyer, voire reproductrice pour le village, ou partir, il ne voulait pas de fardeau parmi les siens. Rêvant de liberté et de voyage, c’est sans regret qu’elle quitta son village pour la grande ville qu’était Kyoto. Mais qu’elle choix s’ouvrait à elle, qui n’avait aucune relation, connaissances dans ce lieu ? Avec son éducation de femme, elle sut que la seule porte qui lui restait ouverte, hormis la prostitution, était celle d’un Okiya. Malgré une réticence flagrante du propriétaire de la Okiya, il ne voulait pas d’une fille aussi âgée qu’elle dans son établissement, mais d’un autre côté, cela l’arrangeait beaucoup, il n’aura pas à dépenser beaucoup de choses pour lui, vu qu’elle n’est pas passée par la case « bonne », etc… Le plus c’est qu’elle était déjà initiée aux arts féminins et autres astuces de séduction. Mais ce qui le décida vraiment, c’est qu’il n’avait pas à l’acheter à sa famille, donc une dépense en moins, il y aura juste les frais de son éducation. C’est ainsi, que la jeune Shirayuki, trahi, désorienté, devint maiko dans l’Okiya de Tsume-nee-sama, qui était la geisha la plus populaire de l’établissement, et qui dès son arrivée l’avait pris sous aile, devenant ainsi sa Grande-Sœur.

Dix ans passèrent, dont trois sous le protectorat de Tsume-nee-sama, avant qu’elle ne soit jugée apte à devenir une vraie geisha. Lentement, elle prit ses marques avec son nouveau rôle, ne voulant pas aller très vite dans l’ascension de l’échelle social de l’Okiya. C’est une chose difficile, étant donné de qui est sa Grande-Sœur. Plus le temps passa, plus l’inévitable se fit sentir, Tsume prit sa retraite pour former une famille, elle qui avait déjà deux enfants avec le même homme. Avant de partir, elle désigna Shira comme celle qui succédera à sa position. Grâce à celle, elle put mettre plus d’argent de côté pour pouvoir s’acheter sa liberté. Peu de temps avant son trentième anniversaire, elle rencontra l’homme qui deviendra son Danna, un haut fonctionnaire, du nom de Takashi Yamanaka, coincé dans un mariage sans amour, avec une femme aigrie et dépensière.

Ils s’étaient rencontré sur le pont, Shira revenait de faire du shopping, les bras chargés, quand un homme pressé l’avait bousculé, la faisant tomber et éparpiller ses achats. Takashi, témoin de cela, s’était rapidement dirigé vers elle pour l’aider à se relever et à ramasser ses affaires. De là, il l’avait raccompagné à l’Okiya. Puis, de fil en aiguille, ils avaient sympathisé, Takashi devint un client régulier, puis le Danna de Shira. Il voyait en elle, non pas une femme, même s’il l’a trouvé désirable, mais une amie, une confidente. Leur lien tenait plus d’une relation fraternelle qu’une relation amoureuse. Shira lui parla de sa vie de lancière, de son rêve d’ouvrir une maison de thé et d’accueillir des femmes chassées de chez elle, alors Takashi, lui parla de son mariage, du manque d’héritier, car il ne voulait pas forcer sa femme à accomplir son devoir conjugal, ce qui l’arrangeait aussi vu qu’il ne voulait pas la toucher, même avec un balai.

Lors de leurs réunions, ils montèrent le projet de Shira, en insistant bien que l’argent qu’il déboursera pour sa liberté et son magasin seront qu’un prêt, et qu’elle remboursera en mensualité.

Entre-temps, Shirayuki devint à son tour une Grande-Sœur auprès d’une nouvelle arrivante, du nom de Tsukiko. Elle prit son rôle avec sérieux, voulant lui donner sa chance, comme Tsume-nee-sama le lui avait donné.
Au moment de son départ, Shirayuki légua sa place de favorite à sa petite-sœur. Mais, elle ne coupa les ponts avec elle, non, à la place, un partenariat pris place. Tsukiko venait avec ses clients dans sa maison de thé, et en échange, son client avait une réduction, ainsi, Tsukiko avait plus de clients, donc plus d’argents.

Le lancement de son entreprise fut laborieux, car elle n’avait aucune notion de commerce et autres, mais avec ses relations de ses jours de geisha, elle réussit à rentabiliser son établissement, et à rembourser Takashi. Même si, maintenant, il n’est plus son Danna, il reste un ami très proche, qu’elle appelle « son frère » dans sa tête, pour ne pas nuire à sa réputation tout de même. Il vient dès qu’il peut, pour boire du thé avec elle. C’est durant une de leur rencontre qu’il lui apprit qu’il allait être père, il avait finalement pris une concubine plus attrayante et plus gentille que sa première femme, ils s’entendaient très bien. Il la rassura que sa future paternité ne change pas à leur thé hebdomadaire.

Une chose en plus ne changea pas avec son départ de l’Okiya, c’est le fait qu’elle monnaya des informations avec les Shinsengumi, après tout, les hommes se détendent autour des femmes et les langues se délient. On ne se méfie pas de ce genre d'établissement pour faire des échanges suspicieux. Shira pris avantage très tôt de cette faiblesse, pour devenir la "secrétaire" et "coursière" des leader du quartier rouge, surtout si les clients sont les Shinsengumi. Après tout, ces derniers n’ont aucuns pouvoirs dans le quartier rouge. Ce dernier est dirigé par des chefs du monde souterrains. Quand elle ouvrit sa boutique, elle devient elle-même un membre du quartier, prenant une place plus bureaucrate dans le groupe, pour éviter des quiproquos et des conflits internes. Elle est un peu le visage du groupe, même si elle préfère rester dans l'ombre, on passe par elle, et si elle accepte votre requête ou autres, vous rencontrez le reste des leaders. Elle fait le lien entre le monde extérieur représenté par les Shin et le quartier rouge.


Zeicia

Âge : 22 ans
Découverte du forum : Par sa fondatrice
Présence : 7/7
Un commentaire ? Non
Code : Mirai o mezashite


©Shaneliae | Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Murakami
avatar
Messages : 546
avatar
Élu - Shinobi - Shinsengumi
MessageSujet: Re: Shirayuki Maeda [TERMINEE]   Dim 7 Aoû - 15:27


Félicitation Shiryuki !
Tu viens de terminer ta fiche et te voici prête à rejoindre le monde de Feodal Kyoto. Tu as été ajoutée au groupe des Citoyens, mais pour une expérience optimale, pense bien à recenser ton avatar! Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un logement dans cette sectionou un commerce ici et faire une demande RP en créant un sujet ici qui te suivra tout au long de l'aventure !

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter le fondateur Akihiko Murakami

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Shirayuki Maeda [TERMINEE]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Dossiers de la population :: Gestion des Dossiers :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: