Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1178
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible    Mar 9 Aoû - 1:21






Kuroyuri Hanako

Surnom(s) : Sa mère l'appelait souvent "Ma petite fleur" (ce qui est un peu redondant sur nom mais passons), ce surnom a tendance à la rendre nostalgique.
Âge : Elle semble avoir une vingtaine d'année mais elle en a en réalité 88.
Née le : 26/12/1775 dans un village près de Niigata
Origine : Japon (mais a passé une bonne partie de sa jeunesse en Chine)
Résidence : Kyoto
Situation familiale : Célibataire
Groupe : Citoyens
Sous-groupe : Métis
Arme(s) : Hanako n'a pas besoin d'armes pour neutraliser un adversaire. Elle pratique à haut niveau un art martial appelé Ryukyu-Kempo, qui lui permet d'utiliser les techniques du Kyusho-Jitsu. Ces techniques assez méconnues sont issu du concept de Chi (ou Ki) utilisé dans la médecine chinoise, et notamment en acuponcture. Elle consiste à frapper très précisément certains points vitaux, afin de provoquer – selon la violence et le point touché – une perte de connaissance, la paralysie temporaire d'un membre, ou une perte de équilibre interne qui désynchronise les gestes pendant quelques instants. Tout son art repose sur la surprise et donc sa rapidité d'action, toutefois, l'originalité de sa technique et le fait qu'elle soit une fille l'aide beaucoup à surprendre ses adversaires. Si nécessaire, elle peut achever sa victime avec une des longues épingles à cheveux qu'elle porte.

Par rapport à ses pouvoirs d'onis, Hanako a beaucoup hérité de sa mère. Elle ne vieillit presque pas, ses blessures guérissent plus vites que celles d'un humain mais moins vite que celle d'un démon. Elle est aussi plus rapide et plus agile que la plupart des gens mais cela provient d'avantage de son entrainement rigoureux que de ses pouvoirs. Enfin, son origine lui permet de rivaliser avec un homme en bonne santé en terme de force brute, mais elle ne pourra pas faire jeu égal avec une personne entrainée.

Hanako à du mal à maitriser sa transformation, elle ne peut pas la provoquer volontairement, celle-ci survient quand elle est folle de rage et s'en va lorsqu'elle retrouve son calme.




Physique


Sans être superficielle, Hanako prend extrêmement soin de son corps car une bonne hygiène de vie permet d'être en bonne santé. Si elle ne passe pas des heures à se pomponner elle soigne son alimentation, applique des crèmes sur sa peau et, surtout, elle fait beaucoup d'exercice. En plus du Ryukyu-Kempo, Hanako pratique en effet le Qi Jong  à raison d'une à deux heures par jour.

Bien évidemment, ce mode de vie à des répercussions sur son corps et ce dernier trahi sa pratique intensive en étant sculpté par l'exercice. Mince, ferme, fuselé il est aussi légèrement musclé ce qui n'est pas au goût de tout le monde. Cela se voit particulièrement sur son ventre car elle a des abdominaux plutôt bien dessinés pour une fille. Pour autant, il est impossible de douter de sa féminité car bien que ses courbes ne soient pas particulièrement voluptueuses elles sont indéniablement là où il faut. Tout en finesse, le corps d'Hanako est à son image : équilibré.

Sa musculature fine rehaussée par une posture parfaite est une démarche gracieuse ne sont toutefois pas les seules conséquences de sa pratique des arts martiaux. En effet, Hanako privilégie toujours le pratique sur le paraitre et cela se voit dans de nombreux détails : par exemple, elle porte ses ongles courts pour ne pas risquer de se blesser même si c'est moins élégant. Ou encore, ses cheveux sont toujours attachés en chignon avec une longue aiguille alors qu'elle se trouve plus élégante quand ils sont lâches. Enfin, elle ne porte jamais de bijoux, ou de jolis kimonos qui seraient trop encombrants pour ses mouvements. Généralement, elle porte des choses très sobres, comme de simples yukatas en coton avec un obi plutôt fin qui lui permet une grande vivacité d'action.

Hanako a souvent été blessée mais, grâce à ses capacités démoniaques et son régime alimentaire soigné, son corps ne porte pas plus de cicatrices que d'imperfections. Elle a la chance d'avoir une peau lisse et douce, presque aussi diaphane que celle d'une sylphide. Par ailleurs, son teint semble d'autant plus pâle qu'il contraste avec l’obscurité de ses cheveux qui eux sont d'un noir profond, tout comme ses yeux qui tirent plus vers l'ébène que vers le noisette. Histoire de ne pas ressembler à une photographie en noire et blanc, Hanako s'autorise généralement une petite coquetterie en peignant ses lèvres de rouges pour les faire ressortir et parachever l'harmonie des traits de son visage.

Bien que métis, la transformation en Oni de Hanako est tout a fait normale. Comme eux, ses cheveux deviennent d'un blanc si intense que ses mèches nivéales semblent presque diaprées de lumière. Ses pupilles s'éclaircissent aussi pour devenir ambrés même s'ils sont loin d'être aussi flavescentes que ceux des autres démons. Là où l'on peut voir une différence, c'est au niveau de ses cornes qui sont vraiment minuscules. Les deux appendices dépassent à peine de sa crinière tant ils sont petit et Hanako trouve ça particulièrement ridicule.



Caractère


Bien que très portée sur sa liberté individuelle et son indépendance, Hanako a parfaitement conscience de n'être que l'héritage de ses parents. Tout ce qu'elle sait, tout ce qu'elle a appris, c'est grâce à eux et elle leur en est particulièrement reconnaissante.

De sa mère, elle tient l'art de l'Ikebana, une pratique d'arrangement florale qui prône l'harmonie et la beauté, qui inspire la nature, la fragilité. Plus qu'un passe temps, c'est un moyen pour elle de conserver sa sérénité et d'exprimer sa féminité.

De son père, elle tient l'acuponcture et la médecine traditionnelle chinoise. Plus qu'un métier, cet apprentissage fut vraiment fondamental pour elle car c'est également la base du Kyusho-Jitsu, l'art martial qu'elle pratique. C'est aussi grâce à cet enseignement qu'elle s'est intéressée au Taoïsme. Une doctrine philosophique chinoise qui prône un mode de vie sain en harmonie avec son énergie et celle des choses qui nous entourent. En réalité "être intéressée" est un euphémisme car Hanako est complètement obsessionnelle sur ce sujet. Les endroits où elle habite doivent absolument être Feng Shui et elle deviendra nerveuse et agitée si quelqu'un bouge ses meubles. Sa connaissance en anatomie lui permet de repérer assez facilement le ki des autres et c'est sans doute une des premières choses qu'elle regardera chez quelqu'un, quitte à être un tantinet indiscrète. C'est sans doute psychosomatique mais elle même se sentira mal si elle n'a pas l'occasion de pratiquer le Qi Jong pour travailler sa respiration et sa souplesse ou si on brise le rythme de vie qu'elle s'impose pour être en harmonie avec son cycle corporelle.

Une des valeurs fondamentale pour Hanako est le respect. Elle fera tout ce qu'elle peut pour ne pas être irrespectueuse envers quelqu'un mais elle attend également la même chose en retour. Le mépris est sans doute ce qu'il l'agace le plus au monde et elle ne laissera jamais personne la rabaisser impunément, peu importe les conséquences. Par contre, Hanako fait une grande différence entre respect et déférence. Les courbettes, les chichis et toutes ces autres choses superflues ont tendance à rapidement l'agacer car elle trouve que cela fait perdre de vu le plus important. Elle considère que tous les êtres sont égaux, qu'ils ne doivent pas être maltraités que ce soit psychologiquement ou physiquement et qu'on ne doit pas non plus abusé d'eux. Sa vision du respect est donc un peu biaisé et c'est à l'origine de nombreux conflits même si elle essaie de faire attention, elle a tendance à déraper très vite sur le sujet. Concrètement elle peut rapidement se montrer très familière avec les gens, les appeler par leurs prénoms sans invitation voire les affubler de surnoms affectueux plus ou moins ridicules mais jamais mesquin. Oui, Hanako est taquine, certains la qualifierait d'irrévérencieuse même, mais la seule chose qu'elle cherche a blesser chez autrui c'est leur orgueil car l'humilité est une leçon de savoir-vivre. Bien entendu, elle même possède un sens de l'auto-dérision assez prononcé et elle est également l'objet de ses propre facéties.

Hanako est une femme forte et indépendante, elle n'a besoin de rien ni personne et elle tient à son autonomie c'est pourquoi elle refuse de faire entrer quiconque dans sa vie, surtout les hommes. Très sûre d'elle, elle n'en est pas moins sociable, bavarde, souriante, c'est juste qu'elle n'accorde pas sa confiance, pas plus qu'elle ne donne sa loyauté.

Elle n'a rien contre l'autorité en principe mais si on lui ordonne de faire quelque chose qu'elle juge incohérent elle n'obtempérera pas, quitte à avoir des problèmes. Dans le fond, Hanako n'a pas peur de mourir pour ses convictions et c'est pour ça qu'elle peut se permettre d'être aussi libre. Ça et aussi parce qu'elle se fiche de tout ce qui attrait au devoir ou à ce que les gens peuvent penser d'elle. L'honneur est superflu, tout ce qui compte c'est de vivre selon ses principes à elle et ils se résument en : vis ta vie et laisse les autres vivre la leur. Hanako ne juge pas, elle ne se mêle pas des affaires des autres et elle attend qu'on fasse de même. Si toutefois les gens ne sont pas de cette avis, elle l'imposera car elle sait ce défendre. C'est à cette fin qu'elle a appris le Kyusho-Jitsu, l'impuissance est bien une chose qu'elle ne supporterait pas.

Beaucoup la qualifierait d’égoïste et ce n'est pas faux, dans la mesure où elle fait toujours passer son indépendance par dessus tout. Ne s'attachant à personne, elle n'a pas beaucoup d'empathie envers autrui et elle n'est pas spécialement généreuse non plus. Pour autant, elle ne laissera pas un crime se dérouler sous ses yeux sans réagir car la cruauté et l'injustice sont des choses qui la révulse. Elle est particulièrement sensible aux atrocités commises aux femmes et rien ne pourra la mettre plus hors d'elle que des pervers qui se croient tous permis. Pour eux, elle n'a aucune pitié, aucun calme, aucun respect, aucun remord à les tuer. D'autant plus que le pardon n'est pas une de ses vertu et que si elle essaie de ne pas se montrer trop rancunière il faut vraiment faire preuve de beaucoup de résipiscence pour s’amender auprès d'elle.


D'un point de vu sentimental, Hanako n'a rencontré personne qui mérite un « je t'aime » et donc elle ne l'a jamais dit. Cela dit, cette apathie amoureuse est plutôt logique dans la mesure où elle ne laisse personne s’immiscer dans sa vie. Pourtant sans être une grande romantique elle croit sincèrement à l'amour, peut-être même encore plus que la moyenne. Tout simplement parce qu'elle pense que ses parents étaient des âmes sœurs. Mais justement, comment pourrait-elle apprécier une relation, moins forte, moins belle, moins passionnée que celle qu'ils avaient ? Si elle devait s'investir dans une relation sérieuse, il faudrait au moins quelque chose d'aussi beau que ce que eux ont vécus, la barre est donc très haute, mais si encore, s'il n'y avait que ça... La vérité c'est que Hanako rend la tâche d'autant plus compliqué qu'elle fait tout pour ne pas s'attacher. Elle a peur de s'engager auprès de quelqu'un, elle a peur de réaliser qu'elle ne peut plus se passer de cette personne, elle a peur d'avoir envie de renoncer à une partie de sa liberté pour elle, elle a peur de souffrir comme sa mère à souffert, elle a peur d'être vulnérable, d'avoir une faiblesse. Elle a peur d'aimer, tout simplement.

C'est pour ça que Hanako n'a jamais eu de relation sérieuse jusque là. Elle en a eu, plusieurs même, mais jamais elles n'ont durées plus de quelques mois et rarement plus de quelques semaines. Elle n'était jamais prête à faire des concessions, des compromis, ses sentiments non plus n'étaient jamais ce qu'ils voulaient. Car si Hanako n'est pas sentimental, ce n'est pas non plus une menteuse, elle n'a jamais trompé ses amants (ou ses amantes d'ailleurs, après tout, Hanako est quelqu'un de très curieux et ouvert d'esprit... Cela dit, les moeurs de l'époque n'aidant pas, elle n'en a eu que très peu.), ni cachée qu'elle ne cherchait pas d'histoires sérieuses mais les gens ne la croit pas. Ou l'insulte, c'est selon. Pourtant, Hanako, absolument pas pudique, ne voit pas où est le problème. Toujours suivant la doctrine taoïste l'acte charnelle est un formidable biais d'échange, de partage d'énergie, c'est quelque chose de très sain, alors elle ne comprend pas pourquoi tout le monde fait une fixette sur la pureté au lieu de simplement en profite. Enfin, ils font ce qu'ils veulent et elle aussi, donc elle ne se gène pas pour savourer tous les aspect de la vie. Si elle a cruellement besoin d'affection et qu'un homme lui a tapé dans l’œil elle rivalisera d'ingéniosité pour le séduire, se montrant aussi charmeuse qu'audacieuse jusqu'à parvenir à ses fins. Elle est beaucoup moins agressive quand une femme lui plait cela dit tout simplement parce que c'est rare qu'une autre femme accepte d'être son amante.

A contrario, si quelqu'un qu'elle a rejeté persiste à lui faire des avances, elle peut très vite s’énerver et devenir un peu – beaucoup - violente. Toujours dans ces histoires de luxure et de relationnel, il est assez amusant de constater que Hanako applique inconsciemment les même principes de cycles qu'à sa vie de tous les jours. Elle a tendance à alterner deux conquêtes qui durent quelques semaines - de belles idylles qui finissent aussi brutalement qu'elles avaient commencées - avant de repartir pour plusieurs année de célibat totale en se disant que les hommes c'est finis pour elle, et ainsi de suite.

Loin d'être une incroyable ménagère, Hanako sait tout de même faire la cuisine et le ménage, elle a aussi un talent caché pour la couture (les aiguilles c'est son truc) mais elle ne l'admettra pas parce qu'elle ne veut pas ressembler à une femme au foyer.



Histoire


Pour comprendre l'histoire d'Hanako il faut remonter un peu avant sa naissance. Sa mère Yuuki était une démone mineur du clan des Yukimura bien avant sa destruction. Bien que n'étant pas issue d'une lignée particulièrement prestigieuse, les femmes démones sont rares et Yuuki a donc toujours été convoité pour ses attributs féminins sans vraiment avoir le choix de ses partenaires, d'autant plus que la famille Hezâ a toujours été réputée pour sa fertilité, la matriarche de la famille ayant eu - selon la légende - pas moins de 5 enfants. L'histoire aurait pu se finir ainsi, mais il se trouve que, lassée de cette vie de mère pondeuse, Yuuki décida finalement de s'enfuir.
Personne n'aurait imaginé qu'elle puisse abandonnée ses deux fils encore jeune pour son rêve de liberté et c'est ainsi qu'elle réussie ce tour de force. Mettant le plus de distance possible entre son ancien clan et sa nouvelle vie, elle finit par s'installer à Niigata. Là-bas, elle rencontra rapidement un acuponcteur tout à fait charmant. Après un coup de foudre digne des comptes de fées ils s'installèrent ensemble et fondèrent un foyer malgré la condition démoniaque de Yuuki. C'est donc ainsi que Hanako vint au monde quelques mois après leur rencontre. Ses premières années d'existences furent paisibles : deux parents aimants, un niveau de vie confortable, tout aller donc pour le mieux jusqu'à ce que des démons remontent la trace de sa mère, n'ayant pas franchement appréciée sa fuite. Après une soirée un peu mouvementé alors que Hanako n'avait même pas un ans, et où Yuuki réussit à se faire passer pour morte avec sa fille, ils partirent donc le plus loin possible pour échapper au passée de sa mère.

Pour être sûre d'être tranquille, ils quittèrent le pays et s'installèrent en Chine, un lieu qui avait toujours fascinée son père. Ils passèrent là-bas 50 ans de pur bonheur si ce n'est qu'ils étaient obligés de déménagés régulièrement pour ne pas que les voisins remarque que sa mère et elle même ne vieillissaient pas. Durant ses longues années, Hanako appris beaucoup de la culture chinoise, notamment le taoïsme qui guidera ensuite tout le reste de sa vie. Sa mère avait toujours beaucoup insisté pour que sa fille sache se défendre, sans doute traumatisée par sa propre expérience, et Hanako n'a donc jamais pu envisager qu'il en soit autrement. Plutôt satisfaite par cet état de fait, elle s'est même beaucoup investie dans la pratique des arts martiaux, de l'acuponcture, du Qi-Jong, de l'Ikebana.. Même si c'est un peu particulier son père était techniquement docteur elle a donc eu le privilège d'apprendre à lire et à écrire le chinois, un peu le japonais aussi car ses parents ne voulaient pas renier leur origines. En clair, ses vingt premières années passèrent très vite et elle n'eut guère de temps à consacrer à ses propres relation, restant au sein du cocon familiale à apprendre et affuter ses talents.

Les choses auraient pu durer ainsi éternellement, sauf que son père n'avait pas l'intemporalité des démons, il vieillissait lui. Chaque décennie marquait un coup dur pour sa mère, un nouveau pas vers la mort. Elle finit par arriver, alors que Hanako avait 50 ans, sa mère 230 et son père 80. Rien de tragique, rien de sanglant, juste une belle mort naturelle dans les bras de sa femme. Bien entendu, Hanako en fut triste mais elle était grande, elle s'était préparée, elle surmonta donc rapidement ce coup dur. Ce ne fut pas le cas de sa mère. Ses parents avaient toujours été proche. Au delà des mots, au delà des âges. Même quand il semblait être plus son grand-père que son mari, ils avaient toujours été très amoureux. Yuuki ne pouvait pas supporter sa perte.  Mais il y avait Hanako sa fille. Leur fille. Alors Yuuki oscilla pendant des années entre atmosphère délétère et tentative de sourire. Hanako finit par ne plus pouvoir supporter de voir sa mère aussi malheureuse, et quand cette dernière l'encouragea de plus en plus à prendre son envol, Hanako finit par céder. Pour le meilleur ou pour le pire, elle savait que sa mère ne pourrait pas retrouver la paix de l'esprit tant qu'elle était là. Elle lui rappelait son arrêt son mari et en même temps elle était la dernière chose qui la rattachait à la vie. Hanako avait peur que si elle partait sa mère en profite pour mettre fin à ses jours mais d'un autre côté elle se sentait égoïste d'imposer ainsi une vie qui n'avait plus de sens.

Alors elle céda aux encouragements de sa mère. Elle quitta la Chine, retournant au japon, son pays natal, écrivant des lettres qui n'avaient jamais de réponse. Le doute était toujours permis mais au fond Hanako savait que Yuuki avait rejoint son père dans la mort, alors elle oscillait entre espoir de la revoir et prière pour que ses parents se réincarnent ensemble.

Le retour dans l'archipel fut plus difficile qu'elle ne l'avait imaginé. Elle connaissait les bases de la langue mais elle manquait cruellement de pratique, certaines mœurs lui étaient étrangères, elle ne connaissait personne et elle avait toujours son caractère un peu trop trempé. Pour autant, elle surmonta toutes les épreuves qui lui furent imposées et elle finit par trouver sa place dans une petite ville pour monter son propre salon de massage et d'acuponcture.


Elle passa un certain temps dans cet endroit non loin de Nagazaki, assez pour rencontrer son premier amant. Il faut dire qu'elle avait toujours été solitaire, mais privée de sa famille elle avait vraiment besoin de réconfort, d'une présence, d'un contact humain tout simplement. Ce fut sa première histoire mais elle ne dura pas, car ils ne voulaient pas la même chose. Malgré ses refus répétés il voulait se marier, fonder une famille, et surtout il voulait qu'elle devienne femme au foyer. C'était hors de question. Des enfants pourquoi pas, mais qu'on ne compte pas sur elle pour renoncer à tout pour s'en occuper. A moins que tout ça ne soit des excuses pour se justifier car il est difficile d'admettre qu'elle n'était simplement pas amoureuse...

Suite à sa rupture, elle quitta tout subitement et décida de voyager un peu, de voir du pays. Elle passa une bonne année à ne faire que ça, vivant sobrement de ses économie, épanouie mais toujours seule. Perdue dans la campagne japonaise, son manque de famille commença à la peser. Celle de son père était décédé depuis longtemps, ne restait donc que celle de sa mère mais elle ne savait quasiment rien d'elle. Sauf que c'était – selon Yuuki - des monstres et qu'elle avait deux demi-frère a priori. Maigre indices, mais c'était toutes les confidences qu'elle avait réussi à lui arracher tellement sa mère était peu bavarde sur son passé. Enfin, quoi qu'il en soit, c'était assez intriguant pour piquer la curiosité de Hanako.

Après un moment d'hésitation - car elle avait toujours évité au maximum les Onis sachant très bien qu'elle serait méprisée - elle décida donc d'essayer de se renseigner sur eux. Elle ne savait pas que le clan Yukimura avait été complètement décimé depuis, mais de toute manière, à défaut de retrouver une famille, elle voulait en savoir plus sur ses origines, sur ses pouvoirs, sur les clans... C'est donc en quête de ces informations qu'elle finit par se rendre, il y a un an de cela, à Kyoto, une ville très vivante, carrefour des intrigues politiques. Elle s'était dit que si un endroit était capable de la renseigner c'était là-bas, et elle avait donc ouvert de nouveau un salon d'acuponcture pour subvenir à ses besoins consacrant une partie de ses nuits à ses recherches.





Ayael

Âge : 20
Découverte du forum : Partenaire
Présence : 5/7
Un commentaire ? Le design est vraiment très joli, mais je trouve que devoir passer sa souris pour pouvoir lire un certains nombre de choses (les présentations par exemple) est très contraignant. Personnellement, j'apprécierais un tantinet plus de simplicité à ce niveau là, mais sinon vraiment rien à dire, c'est magnifique.

PS : sur la page d'accueil il y a écrit : "Bienvenue sur notre forum Féodal Edo" *sifflote*

Code : Validé par Aki


©Shaneliae | Never Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1178
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible    Mar 9 Aoû - 1:31

Voilà, juste pour signaler que j'ai finis ma fiche ♥
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Bishamonten
avatar
Messages : 199
avatar
Bishamonten
MessageSujet: Re: Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible    Mar 9 Aoû - 9:15

Bonjour et bienvenue \o/

Après avoir parcouru ta fiche, j'ai relevé quelques petites fautes de syntaxe, pas grand chose, rassure-toi. Elles sont discrètes mais quand on tombe dessus, on ne peut pas les manquer ^^" Cela dit, je ne te demanderai pas de les corriger, étant peu nombreuses, je te demanderai simplement de faire attention à cela dans tes rp's.

Ensuite, le clan Gozen (le clan de Senhime) est un des clans les plus laxiste en matière de pureté de la race, contrairement au Clan Kazama ou Yukimura. Après tout, une des ancêtres de Sen a elle-même connu la liberté de pouvoir s'unir à un humain sans que cela fasse un scandale. Cela dit, on en sait assez peu sur ce clan avant que Sen soit elle-même à sa tête. Peut-être, pour ne pas modifier entièrement ta fiche, pourrais-tu préciser que le clan était diriger par le leader précédent Sen...

Une fois cela fait, ta fiche sera validée ^^

Pour ce qui est du design, je prends ta remarque en compte et verrai à améliorer cela pour le prochain thème. Et merci de m'avoir renseigner cette petite erreur dans le message de bienvenue de la PA ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feodal-kyoto.forumgratuit.org
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1178
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible    Mar 9 Aoû - 13:29

Salut ! En effet, relire mon texte écrit à minuit à trois heures du matin n'était pas la meilleure des idées x) J'ai relu par principe et j'ai enlever quelques fautes j'espère que c'est mieux ^^

Sinon, j'ai changé et j'ai mis le clan Yukimura à la place, j'avais oublié ce détail dans l'histoire de Sen car je me souvenais juste de la route d'Heisuke où elle rappelle à quel point sa lignée est super importante x)  J'avais un doute sur la destruction de ce dernier mais je suis sûre à 90% pour que c'était il y a moins de 100 ans donc ça colle avec l'âge de sa mère.

J'espère que ça sera bon ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Akihiko Murakami
avatar
Messages : 546
avatar
Élu - Shinobi - Shinsengumi
MessageSujet: Re: Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible    Mar 9 Aoû - 13:52


Félicitation Hanako !
Félicitations! Tu as complété ta fiche personnage dans les temps! Ainsi donc voici prête à rejoindre le monde de Feodal Kyoto. Tu as été ajouté au groupe des Citoyens, mais pour une expérience optimale, n'oublie pas de recenser ton avatar! Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un logement dans cette section et faire une demande RP en créant un sujet ici qui te suivra tout au long de ton aventure !

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter le fondateur, c'est à dire moi-même

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Hanako Kuroyuri - Une fleur immascercible
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Dossiers de la population :: Gestion des Dossiers :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: