Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 yen-ping huo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yen-Ping Huo
avatar
Messages : 8
avatar
Étranger
MessageSujet: yen-ping huo   Lun 5 Déc - 14:15




PRÉNOM - NOM

Nom : Huo
Prénom(s) : Yen-Ping
Surnom(s) : L’homme du Pays du Milieu. En d'autres termes : Le Chinois.
Âge : 70 ans
Né(e) le : 2 février
À : Tainan, île de Taïwan
Origine : Taïwanaise, ethnie Han légérement métissée de part la présence aborigène
Résidence : Errant
Situation familiale : Veuf
Groupe : Etranger
Sous-groupe :


Compétences



Maître du Taijiquan, compréhension et maîtrise de son qi.




Caractère

Posé et calme, une vague aura de force tranquille émane de l’homme, qui connaît et est sûr de sa puissance.  Sévérité et condescendance envers le pays des Nains voilent son visage la majorité du temps. Bien qu’affichant une image désobligeante envers la plupart de ses pairs, appréciant uniquement la compagnie des lettrés et des hommes à la sagesse avérée, il se considère lui-même comme un éternel apprenti, espérant tirer des enseignements de ces gens à la langue si fine et aux savoirs nobles et louables. Errant à travers les peuples du pays du Soleil Levant, il espère retrouver la paix, son honneur, et sa rédemption. Souvent silencieux, c'est un homme contemplateur, qui préfère regarder que parler, même si la rencontre avec un confrère chinois le rendrait nettement plus bavard. Arrivé récemment dans l'archipel nippon, il ne connait que les rudiments du japonais, et est absolument illéttré.


Physique


L’homme entre dans le village. L’habit peu conventionnel peut interpeller, ainsi que le baluchon. La robe longue et grise de coton, que les jeunes mandarins utilisaient lors de long voyages, l’accompagnait comme une blague dont il était le seul à en connaître la réelle signification, en ce pays étranger. Les passants le regardaient, étrange bonhomme qu’il était. La peau trop tirée, les paumettes pas assez rondes et la structure du nez trop différente pour être considéré comme un local. La sévérité se dégageait de sa posture droite, sans être non plus rigide. Malgré son âge avancé, sa taille approchant le mètre soixante-quinze -ses getas le rendant quand même plus grand-, ses déplacements étaient fluides, sûrs et sans le moindre tremblement, propre et repu, ne semblant manquer ni de nourriture, ni de douche. D'une voix polie -pour lui, c'est à dire la moindre des choses pour la culture nippone-, il demanda la maison de thé.


Histoire

Né à Tainan, le petit Yen-Ping, fils d'une longue lignée de mandarin, dont le dernier rejeton fut affecté à la préfecture de Tainan, était promis à une vie dédiée au mandarinat. Loin de l'influence de la dynastie, la culture taoïste relativement conservée, au fils Yen-Ping fut enseigné les lettres et le Taijiquan, subissant les rigueurs physiques d'un art martial contraignant dès son plus jeune âge. Si son adolescence fut des plus normale, elle était absolument dénuée de toute présence familiale, la rigueur de sa jeunesse éloignant fils et parents, établissant une relation des plus formelles, tandis qu'il fut sensibilisé petit à petit à l'enseignement et aux philosophies taoïstes, y révélant une véritable passion, s'y consacrant à tel point de sous-estimer le plus important : ses études mandarines.

Arriva alors le jour des examens impériaux. Ayant déjà passé les premiers jalons avec succès, restaient ceux des clercs, se déroulant à la capitale et nécessitant un long voyage et une dédication qu'il n'avait plus. Se refusant néanmoins à déshonorer sa famille par un échec, un refus, ou une déchéance, la mort dans l'âme, il demanda aux marins l'amenant en métropole, non sans rémunération, de faire croire à sa mort. Lui jetant une barque et quelques vivres, il fut alors abandonné à quelques kilomètres des rives de Chine. Errant trente jours et trente nuits, pratiquant le Tai-Chi, soumis à la nature, quelque chose se brisa en lui en voyant le combat entre un serpent et un oiseau, vivant le mythe fondateur de l'art martial de ses propres yeux. Il comprit alors qu'il était inutile de résister à la nature, que seule une souffrance inutile s'en dégagerait. Il se résigna et s'abandonna à la puissance des 5 sens. Comprenant enfin l'enseignement de ses maîtres et de Lao Tseu avant eux, il réalisa la véritable mission du taijiquan : révèler le qi de son utilisateur. Chaque technique, chaque pose, chaque salut, revêtit alors une signification fondamentalement différente. Au bout de la trentième nuit, il trouva alors un village paysan, et par coïncidence heureuse, un temple Taoïste. Le maître, émerveillé par la présence d'un disciple éveillé sans être éveillé lui-même, s'efforça à lui enseigner l'ensemble de son savoir, le prenant sous son aile, le traitant néanmoins comme tous les autres élèves, lui enseignant modestie et humilité. Huo vit alors sa compréhension du qi s'élever et se sublimer, réalisant également celui de la terre. Mais alors que le maître lui proposa de prendre sa place auprès de lui en tant que moine, Huo refusa. Car, tombé amoureux d'une fille d'un paysan local, il lui demanda sa main, se proposant à travailler avec lui dans ses champs. Déçu mais compréhensif, le maître accepta sa décision.

Mais, des années ans plus tard, une épidémie ravagea le pays, rongeant sa femme de l'intérieur d'abord, de sorte que lorsque le mal fut déclaré, il était déjà trop tard pour elle, Laissant l'homme seul, et éperdument mélancolique. Perdu, en quête d'objectif, il demanda à rejoindre le temple qu'il avait autrefois quitté, mais il était trop tard. Le nouveau maître, un de ses anciens confrères disciple, avait vu de première main la déception et l'affliction du maître qui avait observé le refus de Huo. D'un simple signe de la tête, il lui demanda de quitter les lieux. Fou de rage, Yen-Ping ne voulut s'en tenir à cela, et se lança dans un combat terrible contre le nouveau maître, qui tint néanmoins bon, fort d'une pratique régulière, là où Huo avait presque abandonné le taijiquan pendant cinq années.. Mais le Qi, qu'il maîtrisait toujours, lui apportait vitesse et force, mais peu avant le coup fatale, sa rage se déroba à lui, ainsi que le déni qui lui empêchait de voir que la seule personne en tort n'était autre que Huo lui-même. Baissant alors sa main, il s'agenouilla et demanda pardon aux maîtres, l'ancien comme le nouveau, racontant sa vie devant l'homme qu'il avait failli tuer. Acceptant ses excuses, mais refusant néanmoins sa présence, conformément à sa décision initiale, l'homme lui suggéra de quitter la Chine ainsi que Taïwan, car il ne pouvait plus vivre avec ceux qui partageaient sa culture. Il devait devenir un nouvel homme, et pour cela, vivre et trouver sa place parmi des hommes nouveaux. Seulement ainsi pourra-t-il retrouver la paix et un honneur depuis longtemps terni.

Décidant alors d'aller en pays de Wa, où les gens sont humbles et les femmes sages, il voyage de village en village, rendant service à ceux qu'il juge méritant, se cultivant auprès de ceux qu'il pensent détenir un savoir. Son savoir du japonais est très limité, se cantonnant à quelques mots grappillés ça et là. Dans les villes portuaires connectées à la Chine, certains marchands permettent de lui rendre la vie plus facile en lui traduisant certains termes. Mais cela est très rare, et il devra en général se débrouiller en langages des signes et avec les quelques mots qu'il connaît.


IRL

Pseudo :
Âge : 22
Découverte du forum : Via une amie (je sais pas c'est qui j'aime bien deviner)
Présence : honnêtement je sais pas, au moins une fois par semaine c'est sûr
Commentaire(s) :
Code : Validé par Chikage o/


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 839
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: yen-ping huo   Lun 5 Déc - 14:53

Hello mon grand!

Bienvenue sur FK, j'espère que ça va bien se passer (mais si, mais si ^^)

C'est moi qui vais m'occuper de ta fiche.
Dans un premier temps, je vais te demander de compléter un peu les parties descriptions physiques et mentales, parce qu'on frôle à peine les 10 lignes, et qu'il manque des infos essentielles comme la taille et la corpulence.

Je te demanderai dans l'histoire d'indiquer comment ton personnage a appris le Japonais, ou si justement, il n'en parle pas un mot (ce qui va avoir un impact niveau RP, tu t'en doutes)

Dernier point
Citation :
Mais alors que Huo allait se servir de l'avantage de son Qi pour tuer le maître, l'énergie se déroba à lui, ainsi que le déni qui lui empêchait de voir que la seule personne en tort n'était autre que Huo lui-même.
Ce passage me dérange dans le sens où dans notre mythologie, le Qi/Ki ne peut pas tuer, ou plus précisément, un humain ne peut pas tuer avec, sans s'auto-détruire... Chez nous, le Ki est plus une sensibilité aux énergies naturelles qu'une force réelle. Le Ki peut augmenter la vitesse et la force, mais pas à ce point (on veut éviter les kamehameha en fait ^^)
Je te renvoie à ce sujet pour plus d'info.

Un personnage âgé avec une profonde sagesse, voilà qui est très intéressant et je suis sûr qu'il trouvera sa place avec le reste de nos personnages. Il suffit juste de compléter ou affiner deux-trois passages.

A plus!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yen-Ping Huo
avatar
Messages : 8
avatar
Étranger
MessageSujet: Re: yen-ping huo   Lun 5 Déc - 15:25

Bonjour,

Voilà, j'ai fait les développements demandés.
Si je puis vous suggérer (je ne connais rien à l'univers de l'oeuvre qui a inspiré ce forum, je vous avoue), il serait intéressant de mettre quelques utilisation concrètes du ki, afin de guider les néophytes totaux à ce sujet.

Merci pour la réponse rapide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1178
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: yen-ping huo   Lun 5 Déc - 17:35

Bienvenu à toi ! Chinois, taoïste, maitrise le ki et les arts martiaux... Je pense qu'on va s'entendre, j'espère qu'on pourra RP ensemble ♥ *s'incline*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 839
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: yen-ping huo   Lun 5 Déc - 17:55


Félicitation Yen-Ping !
Be voilà! Ce n'était pas trop dur, hein? Tu as fais la fiche en une journée, et te voilà validé, prêt à lancer ton perso dans un monde d'aventures! Tu as été ajouté au groupe des étrangers, mais pour une expérience optimale, pense bien à recenser ton avatar! Tu peux aussi chercher des relations en créant ta fiche de liens ici, demander un logement dans cette section et faire une demande RP en créant un sujet ici qui te suivra tout au long de l'aventure !

Si tu as la moindre question, n'hésite pas à contacter un membre du staff

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
yen-ping huo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Dossiers de la population :: Gestion des Dossiers :: Dossiers Acceptés-
Sauter vers: