Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1134
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Sam 21 Jan - 20:10


Hanako était un peu frileuse à l'idée de rendre visite à Chikage chez lui. Après tout, jusque là c'était lui qui venait quand il le souhaitait, elle n'avait pas le moindre contrôle sur leurs rencontres. Cela pouvait paraitre un peu injuste mais elle ne trouvait pas, c'était simplement plus pratique ainsi : elle était beaucoup moins en vadrouille que lui après tout. Sans savoir ce qu'il faisait, elle était bien consciente qu'il papillonnait d'un bout à l'autre de la ville au service des fameux humains qu'il ne supportait pas.

Ce n'est donc pas par timidité qu'elle avait hésité à se rendre dans sa demeure nouvellement acquise – s'il y a bien quelque chose que Hanako n'était pas c'était timide – mais bien parce qu'elle n'était pas sûre de l'y trouver. En soi, cela ne la dérangeait pas de l'attendre puisqu'elle n'avait de toute façon rien prévu d'autre pour sa soirée, mais cela l'ennuyait un peu de se retrouvait seule dans une maison aussi immense.

Outre le fait qu'elle avait longtemps été inhabitée – ce qui pouvait laisser supposée qu'elle était hantée – Hanako n'aimait simplement pas être dans un grand espace sans compagnie : il n'y avait rien de tel pour lui rappelait le vide de son existence. Ce n'est qu'après moult élucubrations qu'elle avait convenu qu'il valait mieux ne pas rester comme une âme en peine. S'il n'était pas là, elle pouvait juste déposée son cadeau, un mot, et repartir.

Posant les yeux sur l'Ikebana qu'elle avait soigneusement préparé, Hanako se décida finalement à sortir vêtue de son traditionnel imoruji noir. Empêcher son chat de filer entre ses jambes ne fut pas choses aisées – et elle pria quelques dieux qu'il ne ruine pas la maison pendant son absence – mais elle se finalement en route, marchant lentement pour ne pas secouer sa composition florale.

Chikage avait emménagé depuis à peine deux semaines, aussi était-elle persuadée qu'il avait complètement négliger la décoration. En outre, elle pressentait qu'il n'aimait pas les ornements et les fioritures, c'est donc pour ça qu'elle avait mis tout son cœur à la création de cet Ikebana qui symbolisait la stabilité. Chikage aimait les choses naturelles et il n'avait jamais semblé dérangé par les créations qui parsemaient sa maison, c'est pourquoi elle était persuadée que cela lui ferait plaisir, en plus d'habiller un peu sa trop grande demeure et de lui donner un peu de Feng Shui.

Reconnaissant sans peine l'habitation qu'il lui avait fait visité quelques semaines plus tôt, Hanako traversa le jardin et pénétra dans la bâtisse sans la moindre hésitation. Elle n'était techniquement pas chez elle mais c'était tout comme. Chikage entrait dans son appartement comme dans un moulin, pourquoi ne le ferait-elle pas ? En plus, elle n'avait pas songé une seconde qu'il puisse déjà y avoir sa famille étant donnée que l'emménagement était très récent.

« Chikageeeeeeeee, tu es là ? », cria-t-elle en guide d'annonciation alors qu'elle entrait dans le salon après avoir ôté ses chaussures. « Chikageeee », rappela-t-elle un peu plus fort, lançant des regards suspicieux aux ténèbres qui l'entouraient, méfiante de voir quelqu'un en sortir.

Bien entendu elle le tutoyait, l'appelait par son prénom et en plus n'employait aucun titre honorifique. Quant au fait de le déranger pendant une activité, cela ne lui avait même pas effleuré l'esprit. Même en étant son amante ce n'était pas forcément bien vu de se montrer si familière, mais comment aurait-elle pu deviner qu'elle n'était pas seule en ces lieux, et que Chikage n'était pas la deuxième personne...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ametsuki Shinju
avatar
Messages : 35
avatar
Oni - clan Kazama - Miko
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Mer 25 Jan - 16:40


Le ciel était dégagé, permettant à Ametsuki de profiter de l'extérieur sans avoir besoin de se couvrir d'autre chose que de son komon. Chikage n'était pas là et elle se retrouvait seule sans personne avec qui discuter. Surtout que ça ne faisait pas bien longtemps qu'elle était là et elle aurait aimer discuter de certaines choses avec lui. Mais vraisemblablement ce ne serait pas pour aujourd'hui. Ses longs cheveux noirs glissèrent librement dans son dos lorsqu'elle les rejeta en arrière d'un mouvement de la main, traînant par terre alors qu'elle se tenait assise sur les couloirs extérieurs. Elle grattouillait les oreilles d'un chat sauvage téméraire qui était venu réclamer un peu d'attention qu'elle s'était empressée de lui donner, tuant le temps autant qu'il lui était possible de le faire. Elle compara alors intérieurement son à un chat. Indépendant dans un certains sens et pourtant si proche de ceux qui s'en était fait un ami.
Elle arrêta là de philosopher sur le chef de clan et chantonna en laissant le chat ronronner sur le parquet chauffé par le soleil.
Ses sens s'étendaient sur un rayon de cinq mètres autour de la maison, cherchant à affiner un peu sa sensibilité au ki puisqu'elle ne sortirai pas aujourd'hui et que demeurer inactive n'était pas vraiment pour elle. Alors ce ne fut pas difficile de détecter la présence d'un intrus, elle qui était toute tournée vers ça. Un intrus qui n'était pas Chikage puisque ce dernier ne rentrerai pas avant - probablement - la fin de journée. Plus curieuse qu'inquiète, la Oni rentra dans la maison et entreprit de rejoindre cette personne. Alors qu'elle s'approchait, elle pu entendre une voix féminine appeler après Chikage.
Ametsuki arriva dans la pièce pour apercevoir une femme aux cheveux aussi noirs que les siens, vêtue d'une tenue sombre et portant une très belle composition florale. Elle signala sa présence d'un léger raclement de gorge alors qu'elle s'avançait, un sourire avenant courbant ses lèvres.

- Chikage-sama n'est pas là. - fit savoir la miko en demeurant à bien deux mètres de son interlocutrice pour ne pas commettre un impair envers elle - Mais je peux peut être faire quelque chose pour vous ? -

Elle l'invita à la suivre d'un signe poli de la main.

- Venez. Vous prendrez bien un thé ? Porter cet Ikebana n'a pas du être de tout repos. -

Elle la conduisit dans une pièce ressemblant à un salon ouvert sur l'étang intérieur où une table trônait en son centre avec des coussins autour pour s'assoir. Elle fit un geste en direction de la table, l'invitant à s'y installer alors qu'elle l'informait d'une courte absence pour préparer le thé. Une fois seule, Ametsuki se demanda qui pouvait bien être cette jeune femme. Puis elle haussa les épaules et prépara le plateau qu'elle ramena dans la pièce où elle avait laissé son invitée.
Élevée pour être une femme aux manières irréprochables, elle servit son invitée avec un sourire avant de se servir et disposer ce qu'elle avait ramené avec elle sur la table.

- Je suis Shinju Ametsuki, je suis ravie de voir que Chikage-sama ai.. une amie ? - déclara la Oni, l'interrogation légère à la fin de sa phrase montrant qu'elle n'était pas certaine du terme et donc de leur relation.

Elle désigna la composition.

- C'est un très bel ikebana, c'est vous qui l'avez fait ? - engagea t-elle simplement histoire de ne pas donner à la femme l'impression d'être agressée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1134
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Mer 25 Jan - 19:07


La surprise de Hanako en découvrant Ametsuki aurait sans doute fait beaucoup rire Chikage. Ou n'importe qui d'autre d'ailleurs. La jeune femme était plutôt expressive et voir ses yeux s'arrondir de stupeur la bouche entrouverte avait foncièrement quelque chose de comique. Heureusement, elle se reprit bien vite alors que la femme l'incitait à venir prendre le thé. Sans trop réfléchir, la jeune femme s'exécuta, laissant échapper un « bonjour » et un « merci » avant de la suivre en portant toujours son arrangement floral dans les bras.

Pour l'heure, elle était complètement prise au dépourvue et agissait à l'instinct. Si Chikage lui avait interdit de voir sa famille elle serait sans doute partir en courant mais comme ce n'était pas le cas, rien ne l'empêchait de converser un peu. Surtout qu'elle était curieuse d'en apprendre plus sur Chikage, sa famille.. Ametsuki devait en faire partie puisqu'elle habitait chez lui. Même si elle ne lui ressemblait pas vraiment. Une cousine éloignée peut-être ?

Posant son ikebana à côté d'elle pendant que la jeune femme préparait le thé, Hanako laissa son regard se perdre dans le bassin, ne sortant de sa rêverie que quand son interlocutrice se présenta. Elle n'avait pas le même nom que son amant, une cousine éloignée peut-être ? Sa qualification la fit néanmoins sourire, « amie », n'était pas tout à fait le terme exacte, même si ce n'était pas complètement faux non plus...

« Je m'appelle Hanako Kuroyuri »
, se présenta-t-elle poliment – même si ce n'était pas son fort, elle savait quand même se tenir - « Et je suis la maitresse de Chikage », déclara-t-elle sur un ton complètement désabusé en buvant une gorgée de thé.

Mesdames et messieurs, Hanako Kuroyuri, incarnation de la délicatesse et de la subtilité.

A noter qu'elle disait ça simplement parce que c'était la vérité et qu'elle préférait être claire. La jeune femme était manifestement intriguée à propos de leur relations et elle aurait de toute manière compris très vite quel genre de lien les unissait. Là au moins, elle était fixée. Il n'y avait d'ailleurs aucune arrogance dans ses propos, elle ne connaissait pas la position de Chikage au sein du clan Kazama et elle n'était pas du genre à s'enorgueillir de ses relations. Si elle fréquentait son être supérieur, c'est parce qu'elle en avait envie voilà tout. Quant à en avoir honte, ce n'était vraiment pas son genre.

Jetant un regard sur son ikebana, flattée par les compliments de son interlocutrice, Hanako sourit.

« Merci, je suis contente que ça vous plaise. Et oui c'est moi qui l'ai fait, j'ai pensé que ça égayerait sa décoration. J'en fais depuis longtemps maintenant c'est ma mère qui m'a appris. Vous pratiquez cet art vous aussi ? »
, demanda-t-elle en penchant légèrement la tête sur le côté. La demoiselle avait l'air de s'y connaître, et en bonne petite femme au foyer qu'elle avait l'air d'être cela n'aurait pas été si surprenant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ametsuki Shinju
avatar
Messages : 35
avatar
Oni - clan Kazama - Miko
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Mer 25 Jan - 20:23


- Sa maîtresse .. ? - reprit Ametsuki incrédule - Mais vous n'êtes pas.. - elle l'observa en plissant les yeux, la scrutant comme si elle cherchait quelque chose avant qu'un sourire rusée n'apparaisse sur son visage - Vous m'en direz tant.. -

Elle croisa alors de nouveau son regard et son visage se transforma, redevenant doux et avenant, plein de sympathie. Elle ne chantonnait pas encore mais on pouvait presque voir des fleurs apparaître en fond derrière elle alors que son visage d'ange ne reflétait rien d'autres qu'un air intéressé aux paroles de Hanako.

- Kuroyuri-san donc ? Vous avez un jolie nom. - affirma simplement la miko, glissant une mèche de cheveux derrière son oreille alors qu'elle inclinait la tête, comme approuvant seul les dieux savaient quoi.

Alors comme ça son cher ami avait une amante ? C'était aussi surprenant qu'elle était aux yeux de la Oni une humaine. Bien que ce fait la chiffonnait assez puisque Chikage n'aimait pas particulièrement les humains malgré les années de discussion à ce sujet entre eux. Et elle ne le voyait pas faire une exception pour une femme. D'une part cela provoquerait une grande incompréhension pour ceux qui le connaissait - dont elle -, d'autre part, et bien le clan n'accepterait pas une humaine. Même si elle était prête à parier que Chikage pouvait faire accepter ce qu'il voulait aux puristes.
A ce moment là, Ametsuki s'amusa à répertorier en deux catégories les membres du clan qu'elle connaissait. D'un côté il y avait ceux qui étaient neutres et ceux prêt à être positif, de l'autre, il y avait ceux qui étaient négatifs vis-à-vis des humains. Bizarrement, un côté était plus important que l'autre.
Revenant au moment présent, la centenaire se demanda si son ami était tombé sur la tête ou si elle même loupée quelque chose. Brusquement son esprit devint vide et elle boucla ses questions dans un coin de sa tête. Si la conversation avançait tranquillement, elle saurait trouver des réponses, même partielles.

- Je l'ai pratiqué lorsque j'étais plus jeune. - répondit-elle honnêtement, son sourire ne bougeant pas d'un iota alors que calme et douceur s'enlaçaient dans ses yeux abyssaux.

Pour elle, "plus jeune" remontait à plus de 70 ans.

- Mais je ne pense pas avoir votre talent en la matière, j'ai plus de préférence pour la danse et le chant lorsque le sujet des arts est engagé. - avoua t-elle avant de prendre une gorgée de thé.

Elle sembla un instant réfléchir, ses yeux se perdant sur les écailles colorées des carpes qui effleuraient paresseusement la surface.

- Souhaiteriez vous attendre Chikage-sama pour lui remettre votre cadeau ? Je ne pense pas qu'il rentre tôt, et si il venait à ne pas rentrer de la journée, vous n'aurez qu'à resté ici pour la nuit si cela vous va. - fit savoir Ametsuki - Dans le cas où il rentrerait tard, je vous laisserez décider de la suite entre vous. - sourit gentiment la demoiselle en finissant son thé.

Elle se releva, déplissant son komon avant d'accrocher le regard de son interlocutrice.

- Que diriez vous d'une petite balade dans les jardins ? Je suis curieuse de savoir comme vous et Chikage-sama vous êtes rencontrés. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1134
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Mer 25 Jan - 22:51


Rien que pour observer l'air incrédule de Ametsuki, Hanako ne regrettait pas d'avoir annoncé sa liaison. Pas franchement douée pour dissimuler ses émotions, la jeune femme retint son rire le transformant en gloussement amusé tandis que son interlocutrice laissait entendre ses doutes. Pas quoi ? Assez bien pour lui ? Comme si quiconque était assez bien pour monsieur Etre Supérieur. De toute façon, Hanako ne cherchait ni son aval ni son acceptation. Qu'elle la croit ou pas, cela ne changeait rien. Cela dit, elle n'arrivait pas à en juger. Elle avait eu l'air dubitative mais maintenant elle semblait complètement aux anges ! C'était assez troublant. Un tel changement de comportement laissait Hanako méfiante. La jeune femme n'était pas du genre à mentir – elle ne savait pas comment être convaincante de toute façon – aussi redoutait-elle les perfides manipulatrices capable de la faire tourner en bourrique. Cela dit, elle était beaucoup trop insouciante pour écouter ses propres soupçons et partir sur le champ. Advienne que pourra. Si ça se trouve, cet air innocent ne cachait rien de vicieux.

Pas franchement emballée par les compliments sur son nom, Hanako sourit néanmoins en buvant une autre gorgée de thé.

« Je ne vous propose pas de m’appeler Hanako alors »
, plaisanta-t-elle avec ce petit air facétieux qui lui allait si bien. La jeune femme n'était guère à cheval sur les convenances et elle avait une fâcheuse tendance à appeler les gens par leur prénom, en dépit des traditions, cela sonnait étrangement à ses oreilles d'être appelée Kuroyuri mais elle allait faire une exception pour le moment.

Attentives aux banalités qu'elles échangeaient, la jeune femme grimaça un peu à l'annonce du chant, malgré un air vaguement admiratif. Qu'est-ce qu'elle pouvait être mauvaise dans cette discipline. La danse allait encore, même si elle préférait des rythmes chinois un peu moins raide, mais le chant !

Finissant sa tasse pendant que son interlocutrice était perdue dans ses pensées, Hanako eu un sourire narquois face à sa dernière réplique. Peut être avait-elle l'esprit un peu salace mais elle ne pouvait s'empêcher de déceler quelques sous entendus tendancieux dans ses paroles et cela avait le don de l'amusée. Même si honnêtement, ils n'avaient guère besoin de sa bénédiction pour inaugurer la chambre de Chikage. Ou d'autre pièce de la maison.

Après avoir laissé quelques secondes à ses pensées peu catholiques, Hanako songea plus sérieusement à la proposition. Elle n'avait pas prévu de rester si Chikage n'était pas là, mais la donne avait changé vu qu'elle n'était pas seule...

Concrètement, elle était dans la même pièce qu'un membre de son entourage depuis plus de 5 minutes et il n'y avait pas encore eu d'esclandre. Elle faisait des progrès. De là à envisager une soirée entière...

« Je crois que je vais attendre un peu, mais je ne voudrais pas m'imposer, je repartirais s'il n'est pas arrivé ce soir », expliqua-t-elle en inclinant la tête pour la remercier de son hospitalité. Ce qu'elle était bien élevée, elle s’impressionnerait presque.

Suivant instinctivement son hôtesse, Hanako se leva à son tour et accepta bien volontiers de la suivre dans les jardins. Chikage n'aurait pas manqué de lui dire que c'était à cause de son sang Oni, mais il est vrai qu'elle appréciait la nature, sans parler de son tempérament plutôt actif qui ne favorisait pas le calme. Elle préférait largement une balade au fait de rester assise à papoter devant un thé.

Resserrant les pans de son haori alors que les deux femmes rejoignaient le froid, Hanako hésita quelques instants avant de répondre à sa curiosité. C'était rare qu'elle réfléchisse avant de parler mais elle ne voulait pas mettre son amant en porte à faux. Il avait certes accepté de la présenter mais cela ne voulait pas forcément dire qu'il souhaitait étaler sa vie privée.

« On s'est rencontrée à mon travail, je suis acuponctrice », répondit-elle finalement en essayant de rester vague. Quelques recherches sur elle l'aurait renseigné de toute manière, quant au fait que Chikage était venu la voir pour un massage et une séance ne lui semblait pas être un secret d'état non plus.

« Et vous, que faites vous par ici ? Je savais que Chikage comptait inviter sa famille, mais je ne m'attendais pas à en croiser si tôt... Il n'y a que vous? »
, demanda-t-elle persuadée que Shinju faisait bien parti de sa famille d'une manière ou d'une autre. Vu l'intemporalité des Onis, elle pouvait très bien être son arrière grande tante que cela ne se verrait pas. Les possibilités étaient donc multiples. Et puis, elle imaginait mal qu'il en soit autrement. Sinon, vivre seul avec elle aurait été quelque peu douteux...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ametsuki Shinju
avatar
Messages : 35
avatar
Oni - clan Kazama - Miko
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Ven 24 Mar - 23:17

Ametsuki sourit plaisamment à son invitée qui ne se laissait pas déranger par la formalité de leur petit entretien. La jeune femme ressemblait à un feu-follet. Présente mais facétieuse et insaisissable. Pourrait-elle en toucher deux mots à Chikage ? Hmm. Elle le ferait. Elle l'appréciait, c'était un fait certains. Irait-elle trop loin en questionnant Chikage quand à ses projets avec la jeune femme ? Peut être. Se risquerait-elle alors à lui demander ? Il y avait de grande chance. Le chef de famille savait parfaitement faire comprendre à ses interlocuteurs lorsqu'ils allaient trop loin. Elle se tairait si il ne désirait pas en parler. Mais elle n'en penserait jamais moins.

- Je l'aviserais de votre visite si vous deviez le rater. - informa brièvement la Oni, histoire que la jeune femme sache que son amant sera mit au courant de sa visite.

Elles retraversèrent alors la maison pour gagner les jardins et Ametsuki apprécia le froid vivifiant qui chassa la chaleur du foyer. Autant elle appréciait se relaxer à l'intérieur, autant rien ne valait l'atmosphère hivernale pour se lancer dans l'action même qui nous avait mené dehors. Elle leva un regard calme sur les branches nues des arbres avant que sa question ne trouve réponse, les paroles n'ayant pas vraiment de mal à se frayer un passage dans sa tête. Elle réorienta alors avec vivacité son regard sur son interlocutrice, ses yeux pleins d'une inquiétude peut être un peu trop vive. Mais elle ne pouvait que s'inquiéter. Y avait-il eu un problème ? Pas trop grave si il y en avait eu un, malgré ce qu'elle s'imaginait. Elle tint ses questions en laisse de justesse pour ne pas couper la parole à Hanako qui reprenait la parole. Elle lui tint un sourire légèrement crispé pour ne pas paraître impolie.

- Oh, je vis ici. - déclara simplement Ametsuki à sa première question- Disons que ma venue n'était pas prévue. Du tout. Hum, de tout le temps en fait. J'ai un peu bouleversé les plans de Chikage-sama disons le franchement. - avoua t-elle avec un rire dans la voix qu'elle ne pouvait pas dissimuler - De ce que j'ai pu voir, pour l'instant il n'y a que moi, mais ça ne risque pas de s'éterniser. -

- Et, - décida t-elle d'éclaircir - je ne suis pas vraiment une Kazama. J'ai été recueilli plus jeune, mais je ne suis encore liée à aucun d'entre eux. -

Elle ne le dit alors pas à haute voix, mais son ton criait "ce n'est qu'une question de temps". Et si visiblement ça ne lui plaisait pas, elle s'était faite à l'idée. Élevée dans cette optique bien précise, il ne lui venait aucunement à l'esprit de chercher à fuir le mariage se rapprochant à grand pas. Mariage un peu mit en suspens pour le moment puisque Chikage ne lui avait pas encore parlé de prétendants. Ametsuki soupira alors avant que son inquiétude ne revienne lui poignarder le cœur en traître. Elle fixa alors la Kuroyuri et jugeant qu'elle ne prendrait pas plus la parole pour l'instant, enchaîna rapidement.

- Le fait qu'il soit venu vous voir relève t-il de quelque chose de grave ? - s'enquit-elle auprès de celle qui détenait les réponses - Était-il blessé ? -

C'était stupide. Chikage, blessé ? Elle n'était pas même capable de l'envisager ! Mais c'était plus par déni du possible que d'une impossibilité certaine. Alors ses jolis yeux noirs en amandes se posèrent avec inquiétude sur la visiteuse pendant qu'elle stoppait leur marche dans les jardins sur le petit pont traditionnel. Devait-elle s'enquérir de la santé de son ami auprès de lui même lorsqu'il rentrerait ? Lui aurait-il caché quelque chose d'aussi grave ? Elle espérait que Hanako avait les réponses à ses questions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1134
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]   Sam 25 Mar - 11:24


Hanako offrit un regard compatissant à son interlocutrice. Dans la catégorie je fais des trucs à l'improviste elle était bien classée aussi pouvait-elle tout à fait comprendre que Ametsuki en fasse de même. Elle se sentait même légèrement complice.

Par contre, elle se renfrogna un peu à son aveu suivant. Elle n'était pas vraiment de sa famille mais manifestement c'était une question de temps ? Il n'y avait pas 36 façons de rentrer dans la famille de quelqu'un, donc elle prévoyait un mariage... Dans la mesure où les jeunes femmes s'étaient sans doute mal comprises et ou Hanako parlait bien de famille et non de clan, cette nouvelle la renfrogna un peu. Elle ignorait à quel point la famille de Chikage était étendue mais il devait pas y avoir tant de prétendant possible. Et elle vivait présentement avec son amant. Voilà qui portait à réflexion.

Réfrénant une petite pointe de jalousie, Hanako haussa les épaules en laissant son regard se perdre sur les jardins encore assez sauvage de la demeure. Après tout, Chikage épouserait bien qui il voulait cela ne la regardait pas. Enfin, tant que ce n'était pas dans un futur très proche parce qu'elle n'était pas franchement partageuse.

D'ailleurs, sa camarade ne semblait pas plus à l'aise qu'elle sur le sujet car elle s'empressa de changer la conversation à la surprise d'Hanako qui ne pu s'empêcher de rire un peu devant ce soudain étalage d'inquiétude. La pauvre était loin du compte.

« Oh non pas du tout ! Pour tout dire, je ne me souviens même plus exactement pourquoi il est venu la première fois. Je crois qu'il avait mal à l'épaule quelque chose comme ça... Et après il est revenu pour faire mieux circuler ses énergies intérieures... Je pense que Monsieur Etre Supérieur a dû être vexée que je lui fasse remarqué que son ki n'était pas très fluide », plaisanta-t-elle en se souvenant de ses premières impressions sur Chikage. Elle l'avait vraiment trouvé détestable. Séduisant à tomber par terre et charismatique mais vraiment insupportable et il n'avait pas eu l'air de l'apprécié tant que ça. Et pourtant. « Ou alors je lui avait déjà tapé dans l'oeil qui sait... », ajouta-t-elle avec un nouveau rire espiègle, amusée par sa propre idée. Ah, elle aimerait bien le savoir maintenant, qu'est-ce qu'elle aurait pu le taquiner.

Frissonnant légèrement à cause du froid, Hanako faillit se montrer indiscrète mais elle se retint de justesse de ne pas aborder le sujet sensible de sa famille. Si elle avait été adopté c'est que ça ne devait pas être très joyeux de ce point de vu là... Sauf que du coup, elle ne savait pas trop quoi dire. Elle était tentée de demander des anecdotes croustillantes sur son amant, mais s'il apprenait qu'elle avait fait ça – et c'était obligé qu'il l'apprenne vu qu'elle ne pourrait s'empêcher de le taquiner avec – il risquait de mal le prendre. Aussi un long silence ponctua sa remarque avant qu'elle ne dise la première chose qui lui passait par la tête.

« Qu'est-ce que tu penses de Kyoto ? Pas trop d'humain à ton goût ? », plaisanta-t-elle curieuse de savoir si elle partageait le mépris affiché de Chikage ou si elle était plus laxiste ou extrémiste.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Quand le chat n'est pas là, les souris dansent [PV : Ametsuki]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Kyoto :: Centre-Ville :: Quartier résidentiel :: Demeure des Kazama-
Sauter vers: