Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum à intrigues, rating +18 (complots, guerres, H/Y/Y autorisés)
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire
Inspiré du jeu Hakuouki

Partagez | 
 

 Haruka Nogami (terminée)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Haruka Nogami
avatar
Messages : 11
avatar
MessageSujet: Haruka Nogami (terminée)   Mar 14 Aoû - 19:08




PRÉNOM - NOM

Nom :Nogami
Prénom(s) :Haruka
Surnom(s) :
Âge : 27 ans
Né(e) le : 21/04/1837
À : Kyoto
Origine : Japonaise
Résidence : Le Sanctuaire, Kyoto
Situation familiale : Célibataire
Groupe : Humain
Sous-groupe : Grande prêtresse


Compétences

Haruka Nogami est formée aux rites de purification et sait confectionner des amulettes et talismans qui permettront d'éloigner les yokaï. Elle connait par coeur les danses rituelles et sait les exécuter à la perfection.
Ses fonctions la poussent aussi à pratiquer des exorcismes.
Elle sait reconnaître les yokais et connait les rites pour les faire fuir, les combattre ou s'en préserver. Elle a aussi apprit comment invoquer un Shinigami et le mettre à son service même si elle ne le pratique pas de manière courante.

Du temps où elle voyait encore, Haruka a apprit à tirer à l'arc. Cela lui sert encore quelques fois lorsque l'arc sacré le décide.

Elle connaît aussi les simples et leurs propriétés et a quelques notions pour soigner sur des soins de base. N'étant plus capable de le faire par elle même, elle saura conseiller et guider.

Elle a atteint un niveau expert concernant sa maîtrise du ki interne et passe pour un maître en matière de maîtrise du ki de la terre. L'arc qu'elle garde toujours avec elle, amplifie sa sensibilité au ki et l'aide à maîtriser le ki de la terre.  



Caractère

Haruka est semblable au jonc qui ploie sous la tempête et jamais ne se brise. Il se dégage toujours d'elle une grande sérénité qu'elle conserve face aux épreuves et à l'adversité. Elle s'exprime d'une voix posée et se montre d'une grande douceur. Elle élève rarement la voix mais sait se montrer autoritaire voire intransigeante.

Haruka se dévoue corps et âme aux kami. Sa vie est au service du divin et des hommes. Elle ne fait pas de différence entre riches et pauvres, chacun est une âme à chérir et protéger.

C'est une personnalité généreuse et chaleureuse, prompte à aider et conseiller ceux qui en ont besoin. Elle donne sans rien attendre en retour. Cependant, elle ne se berce pas d'illusions quant à ses fonctions et ses devoirs dont elle s'acquitte avec sérieux, dirigeant l'organisation du Sanctuaire d'une main de maître.
Son empathie naturelle la pousse à aller vers les autres pour les soutenir et les aider cependant elle ne s'ouvre que rarement aux autres et s'épanche très peu sur elle même. Ses moments de désespoir, Haruka les vivra seule aux heures où tous dorment et où seuls les esprits peuvent percevoir les troubles qui l'agitent. Lorsque l'aube reviendra, chassant les nuages de son esprit, elle se déploiera de nouveau, radieuse comme toujours, sereine comme le ciel lavé après l'orage.

Haruka aime méditer et prier. Dès son plus jeune âge, elle a toujours été un esprit sage et réfléchis. Peut-être est-ce à cause de son handicap, mais elle semble toujours vivre au jour le jour, savourant chaque seconde comme une bénédiction.
Bien qu'aimable en société, elle a un penchant pour la solitude, propice au recueillement, et n'a que peu d'amies. En effet, elle n'accorde pas sa confiance au premier venu et ceux qui sont admis à rentrer dans son cercle privé se comptent sur les doigts de la main. Elle n'accepte d'ailleurs que l'aide de ses proches pour se déplacer.

C'est une femme d'une grande intelligence et d'une grande culture. Elle aime apprendre et sa dévotion envers le divin ne l'empêche pas de s'intéresser aux affaires des hommes si bien qu'elle se tient au courant des évènements qui secouent Kyoto et le Japon tout entier. Perdre la vue n'a en rien freiné cette habitude, si elle ne peut lire, elle demandera à l'une de ses proches de lui faire la lecture et ceux qui ont des yeux pourront lui conter ce qu'ils ont vu.
Elle possède une excellente mémoire et à présent que sa vue lui fait défaut, elle se fie à son toucher autant qu'à son ouïe et odorat. De même qu'elle n'oubliera jamais le ki d'un individu, elle saura le reconnaître au contact de ses mains, au bruit de ses pas, au son de sa voix ou à la fragrance qu'il dégage.

Haruka fait preuve d'une grande rigueur au quotidien, que ce soit dans sa façon de vivre qu'elle que dans sa réalisation des rituels. Chaque détail à son importance selon elle et elle impose aussi cette rigueur aux apprenties miko. Cependant, jamais elle ne les forcera à suivre sa propre voie qu'elle veut épurée et faite d'équilibre. Abnégation et sacrifice sont des vertus à ses yeux mais elle n'exigera pas de telles choses de la part des autres.

Sous cet aspect parfois sévère, elle apparaît comme très maternelle auprès de celles qu'elle considère un peu comme ses filles. Elle les écoutera, les encouragera et veillera sur elles. Elle ferait tout pour défendre ses petites et les aider à s'épanouir. Ce trait de caractère n'est pas étranger au fait qu'Haruka souhaite de tout son coeur être mère un jour. Porter une vie est pour elle quelque chose de sublime, la donner plus encore. Elle attend ce jour avec une tranquille sérénité.

Haruka ne prend jamais de décision sans avoir au préalable sagement mesuré le pour et le contre. Elle sait se montrer à la fois convaincante et persuasive toutefois elle accepte volontiers les arguments des autres et sait y reconnaître la sagesse lorsqu'elle s'y cache. Elle invite aussi ceux qui l'entourent à pousser leur raisonnement jusqu'au bout et à argumenter leur point de vue. Elle n'aime pas les propos véhéments, les hurlements sans queue ni tête. Bien qu'elle soit en mesure de comprendre les émotions qui agitent les autres, elle estime qu'il est important de se maîtriser vis à vis d'autrui et applique ce principe au quotidien.

En tant que grande prêtresse, elle mène la chasse aux Autres sous toutes leurs formes et craint particulièrement la ré-apparition des onis et les conséquences engendrées. Toutefois, son amour de l'équilibre la pousse à tolérer les Autres qui sont inoffensifs vis à vis des hommes. Elle n'ira pas chercher de noises à un Autre qui vit paisiblement mais en cas de menace pour les humains, elle n'hésitera pas à lui donner la chasse et à le traquer sans pitié.

Ses relations avec son homologue masculin sont plutôt froides. En société, Haruka gardera une distance polie, officiant de concert avec lui si nécessaire mais elle n'hésitera pas en privé à lui dire ce qu'elle pense de son comportement qu'elle désapprouve fortement. La grande prêtresse tâche cependant de ne pas montrer en public les dissensions entre elle et le grand prêtre afin de maintenir l'unité du Sanctuaire. Elle estime aussi que ses propres sentiments ne doivent pas affecter l'image du Sanctuaire au dehors.
 


Physique


Haruka Nogami est une femme menue, mesurant 1.58m, à la peau de porcelaine ce qui lui donne souvent une apparence frêle et fragile semblable au roseau. Ses cheveux sont noirs et elle les porte très longs, souvent noués en arrière de sorte à ce qu'ils ne la gênent pas durant les rituels. Elle a de grands yeux aux iris sombres ce qui ressort sur son teint pâle. Son regard est souvent troublant pour ceux qui ne savent pas qu'elle a perdu la vue. En effet, elle a une façon de fixer les choses comme si elle voyait au travers qui parfois s'avère dérangeante. Cependant, en règle générale, elle garde le regard légèrement baissé, de sorte à ne pas gêner les autres.

Ce n'est pas parce qu'elle est à présent aveugle que son apparence n'est pas soignée. Haruka fait toujours très attention à sa tenue et à sa toilette. Elle compte sur ses proches amies pour l'assister quand il est question de sa coiffure ou de sa tenue mais elle connait parfaitement ses vêtements au toucher et sait les reconnaître et donc faire ses choix par elle même.

Depuis qu'elle a perdu la vue, ses sens se sont affinés, compensant la perte au maximum si bien qu'elle a une ouïe particulièrement fine tout comme son toucher. Ses mains lui servent à "voir" et il est fréquent qu'elle demande à une personne rencontrée de lui laisser toucher ses mains.

Haruka porte toujours l'uniforme du Sanctuaire et les tenues dédiées à ses fonctions. Hors des cérémonies, elle opte pour quelque chose de pratique qui ne la gênera pas dans ses mouvements. Au sein du Santuaire qu'elle connait sur le bout des doigts, elle se déplace de manière autonome et ne requiert l'aide de personne pour officier cependant, lors de ses sorties en terrain inconnu, elle est obligée d'être accompagnée et secondée.
La grande prêtresse porte toujours un arc dont elle ne se sépare jamais. Cette arme bénie amplifie ses capacités d'utilisation de ki et lorsqu'elle est menacée ou qu'elle affronte un ennemi, guide sa main de sorte à ce que sa flèche fasse mouche. Des historiens au XXIème siècle se sont penchés sur les récits concernant la grande prêtresse de Kyoto et ont supposé qu'elle était un cas rare de vision aveugle, c'est à dire qu'un accident aurait détruit les aires du cortex dédiées à la vision consciente mais pas les aires thalamiques lui permettant ainsi de réagir à des stimuli visuels comme des mouvements sans avoir conscience de les voir. Bien évidemment aucun historien ne s'est intéressé à la possibilité que ce don lui vienne de l'arc sacré lui servant d'arme autant que de guide.

Vue d'ensemble, Haruka est plutôt une jolie femme, elle a le pied fin et la silhouette gracile. Son handicap donne à certains l'envie de la protéger et de la choyer tandis que d'autres la mépriseront pour cela, la trouvant faible et indigne d'exercer les fonctions de grande prêtresse et n'auront de cesse que de vouloir la destituer de ses fonctions.  


Histoire

La famille Nogami était une famille très modeste issue du monde paysan. Depuis plusieurs générations, les membres de cette famille cultivaient un lopin de terre peu généreux malgré les bons soins que ses habitants lui prodiguaient.
Dès son plus jeune âge Haruka apprit à aider aux travaux des champs. Enfant calme et douce, elle faisait preuve de bonne volonté et comprenait les difficultés de ses parents. Pour seuls jouets, elle se contentait de brins d'herbes tressés et de cailloux colorés mais savait faire avec ces maigres amusements des histoires épiques. Ses parents lui apprirent à vivre humblement et à ne s'entourer que du nécessaire.
Haruka aimait beaucoup sa famille et garde de puissants souvenirs de cette époque où les hivers rigoureux les faisaient se serrer les uns contre les autres pour lutter du mieux qu'ils pouvaient contre le froid. Enfant, elle connut la faim, elle connut le froid et les vêtements rapiécés mais cela lui apprit la persévérance et l'humilité.

Au fil des moissons et des hivers, Haruka finit par atteindre sa neuvième année. C'est alors qu'un évènement bouleversa sa famille. Sa mère mit au monde un garçon. Depuis la naissance de son aînée, la paysanne avait enchaîné les fausses couches et les enfants menés à terme n'avaient jamais survécu plus de quelques jours. Cependant, cette fois ci les choses furent différentes. Le bébé était vigoureux et en bonne santé.
Pour Haruka comme pour ses parents, cet enfant fut d'abord un cadeau des dieux. La fillette l'aima immédiatement et se promit d'être une bonne grande soeur pour lui. Elle n'avait pas besoin de discours de ses parents pour penser à la responsabilité qu'était le fait d'avoir un frère et elle se sentait honorée d'avoir cette chance. De plus, sa mère, bien qu'éprouvée par la grossesse et l'accouchement, se portait bien et reprendrait des forces au fil des mois.

Malheureusement, les lendemains ne furent pas radieux pour la famille Nogami. Cette année là les récoltes furent mauvaises, la mère d'Haruka tomba malade ce qui priva la famille d'une personne pour travailler dans les champs. Le père Nogami fut obligé d'emprunter de l'argent pour pouvoir nourrir sa famille et il savait qu'il devrait payer ses dettes rapidement.
Pour la fillette de neuf ans et demi, voir ses parents souffrir, rongés qu'ils étaient par leurs préoccupations et les malheurs qui leur tombaient dessus, était un véritable supplice. Elle tentait tout ce qu'elle pouvait pour aider et soulager un peu ses parents. Elle s'occupait du bébé lorsque sa mère n'était pas en état de le faire puis suivait son père aux champs lorsqu'il le fallait. Elle allait seule ramasser du bois pour chauffer la maison car son père ne pouvait être partout. Lors de ses expéditions en forêt, la petite priait, implorant les dieux et les esprits de soulager sa famille ou de lui apporter la solution pour les aider. Il y avait non loin de chez elle une stèle dédiée aux divinités locales. Elle s'y rendait souvent pour prier et y déposait ses maigres offrandes lorsqu'elle en avait. Cela se limitait parfois à une simple fleur mais pouvait aller jusqu'à la friandise qu'une dame de son village lui avait glissée pour la remercier d'un service.

Sa dixième année fut guère plus joyeuse. Haruka pris conscience à ce moment là que pour la marier, ses parents devraient payer. Elle savait que son père était endetté jusqu'au cou et compris alors que malgré toute l'aide qu'elle pourrait apporter, elle serait un fardeau pour sa famille. Son frère pourrait hériter de la terre et s'il devenait fort et courageux, il trouverait une épouse qui pourrait lui apporter une part de la richesse de sa famille, mais elle, la petite Haruka, efflanquée comme un chat des rues avec ses cheveux emmêlés et crasseux, elle ne risquait pas de trouver un bon parti.
Bien sûr, ses parents l'aimaient et jamais ils n'auraient osé lui dire à quel point son avenir les préoccupaient mais la fillette était futée et peu de choses lui échappaient malgré son jeune âge.
Elle s'en voulut presque d'exister car elle ne pouvait aider sa famille. De tout son coeur, elle souhaitait que son petit frère ne manque de rien.

La solution lui vint un soir alors qu'elle priait sur la stèle. Elle avait déposé ce soir là une couronne de fleur qu'elle avait confectionnée de ses mains. Son fagot de bois était posé près d'elle et elle n'allait pas tarder à rentrer car déjà la nuit tombait. C'est alors que l'idée lui vint, comme une évidence. C'était un peu comme une voix qui l'appelait et lui chuchotait la solution.

C'est ainsi, qu'à l'âge de 9 ans, Haruka Nogami se planta devant ses parents un soir d'Avril, à seulement quelques jours de sa dixième année et leur annonça sa solution avec tout l'aplomb dont elle était capable.

"Confiez moi au Sanctuaire."

Ses parents refusèrent d'abord mais la fillette s'obstina et leur démontra avec une étonnante maturité que c'était la meilleure solution. Elle avait aperçu le Sanctuaire une fois alors qu'ils s'étaient rendus en ville une fois. Sa mère lui avait alors expliqué que sa grand mère avait été une miko au Sanctuaire. Haruka ne l'avait pas oublié et à présent, elle se décidait à suivre elle aussi cette voie.
Sa mère fondit en larmes, ne pouvant donner tort à son enfant mais désespérée de devoir la laisser partir. Son père oscillait entre fierté et chagrin. Haruka ne leur demanda qu'une chose, qu'ils racontent à son frère quand il aurait l'âge de comprendre que sa soeur prierait chaque jour pour lui. Chose que ses parents lui accordèrent et ils tinrent cette promesse.

C'est ainsi qu'au jour de ses dix ans, la petite Haruka Nogami arriva au Sanctuaire. Les prêtres et les mikos acceptèrent de la prendre en charge et elle ne revit jamais ses parents. On dit qu'ils connurent suite à cela des années plus heureuses, que son père parvint à payer ses dettes et qu'ils connurent plusieurs bonnes récoltes. Le père Nogami mourut jeune mais son fils prit le relais et s'occupa de sa mère désormais veuve avec dévouement.
Le seul souvenir qu'Haruka garde de sa famille est un petit talisman qu'elle porte autour du cou. Sa mère le lui donna avant de se séparer d'elle. Il avait appartenu à son aïeule et Haruka s'est juré de le conserver précieusement jusqu'au jour où elle le transmettrait à sa descendance.

Les années aux Sanctuaires furent paisibles en dépit des évènements qui secouaient le Japon. Haruka y apprit à lire et à écrire et s'avéra être une élève particulièrement assidue. Elle intégra le cortège des apprenties miko après avoir insisté et demandé de nombreuses fois quitte à passer toute une série de tests pour prouver sa motivation, et commença sa formation, s'appliquant chaque jour pour devenir une excellente prêtresse. Elle aimait les danses rituelles, le parfum des encens, les heures de méditations et elle aimait tout autant aider son prochain. Il ne lui fallut pas longtemps pour considérer cela comme un devoir et au fond d'elle, chaque rite effectué, chaque exorcisme pratiqué était une pierre qui bâtissait un monde plus sûr pour son petit frère.

Découvrir son ki interne fut une révélation pour elle. C'était comme un nouveau monde qui s'ouvrait devant elle et il n'y eut alors pas un jour qu'elle ne consacra à s'entraîner. Le soir, alors que les autres dormaient, il lui arrivait de travailler sa concentration et de méditer jusque tard dans la nuit. Il lui fallut des années pour maîtriser son ki interne et parvenir à le manipuler et des années encore pour accéder au ki de la terre et à commencer à agir avec mais aux yeux d'Haruka le temps n'a jamais compté. Il fallait être patiente et persévérer. Ressentir, percevoir, manipuler, tout ceci la replaçait au sein du monde, lui donnant conscience de l'univers dont elle faisait partie. En quelque sorte, son tout premier amour fut cette énergie qui circulait en toute chose et elle l'aima tant qu'elle fit tout pour accéder à un niveau de maîtrise exceptionnel.

Pourtant, les évènements autour affectaient tout de même le Sanctuaire. Les perturbations de l'équilibre du Japon se répercutaient sur la population et semblait ouvrir les portes aux mauvais esprits. Les autres étaient plus actifs. Elle était alors reconnue comme une prêtresse hors pair et on la donnait favorite pour ce qui concernait la succession de la grande prêtresse de l'époque. Pour sa part, Haruka ne briguait pas cette fonction mais elle savait qu'elle ferait tout pour s'en montrer digne si ce rôle lui échouait.
Les évènements suivant leur cours, La grande prêtresse finit par abandonner ses fonctions du fait de son grand âge et passa le flambeau à celle qu'on désignait depuis longtemps comme sa successeur. Haruka prit donc en main le Sanctuaire, prenant son rôle très à coeur.

Hélas, un terrible accident vint chambouler cette prise de pouvoir et secoua le Sanctuaire entier. Lors d'une expédition menée pour mettre un terme aux activités bien trop menaçantes d'hommes araignées envers les humains, les choses tournèrent mal et au coeur du combat la grande prêtresse fut blessée. On la ramena sur une civière, à peine consciente et tout fut fait pour la sauver. Les médecins y parvinrent mais elle ne recouvra jamais la vue.

Elle découvrit cela avec un mélange de résignation et de désespoir mais très vite, elle décida de reprendre son existence en main. Jamais elle ne se laisserait abattre par un handicap pareil. Haruka avait conscience qu'il lui faudrait de l'aide, qu'elle devrait compter sur le soutien d'autrui pour s'en sortir mais sa volonté était de fer et elle ne lâcherait rien.
Durant cette période, on la vit souvent errer dans le Sanctuaire, tâtonnant du bout des doigts ou armée d'un long bâton qui sondait le terrain devant et autour d'elle. Ces errances ne soulevèrent d'abord que du dédain ou de la pitié selon les personnes. Cependant, ce que les bien pensants tout comme ceux qui lui étaient clairement hostiles ne devinaient pas, c'était que ces mains qui, comme égarées, touchaient chaque choses, mémorisaient en réalité les lieux et leurs configuration. Si bien qu'avant qu'on ai eu le temps de s'en rendre compte, Haruka se déplaçait sans heurt au sein du Sanctuaire.

Les mois passants, ses sens s'affinèrent, elle reprit peu à peu ses repères, s'aidant des sens qui lui restaient pour se déplacer. Les rituels, elle les connaissait par coeur, ne pas voir ne l'empêchait pas de les mener à bien. Son amie la plus proche, Shizuka l'épaulait chaque jour, la soutenant de son mieux jusqu'à ce que la Grande Prêtresse soit en mesure de retrouver son autonomie.

Alors qu'elle commençait à retrouver ses repères, d'étranges rêves commencèrent à la visiter la nuit. Elle ne s'en souvenait que rarement, seulement quelques bribes au réveil mais il en restait toujours une chose, une sorte d'appel qui se manifestait par un étrange besoin d'y répondre et ce besoin se faisait plus présent chaque jour. Bientôt cela ne se limita plus aux songes nocturnes et de jour comme de nuit, elle percevait ce murmure au fond de son esprit qui à chaque seconde répétait ces simples mots.
"Viens, rejoins moi."

Haruka finit par s'en ouvrir à sa confidente et elles prétextèrent un voyage pour que la grand prêtresse fasse une cure auprès de sources connues pour leurs vertus. Jouer de sa santé fragile n'était pas une chose qui plaisait particulièrement à la jeune femme mais l'excuse fonctionna à merveille. La condescendance de ses rivales, trop heureuses de la voir éloignée du Sanctuaire, lui permit de partir sans souci seulement accompagnée de quelques unes de ses proches amies. Leur périple les mena dans les montagnes, dans des endroits reculés où peu d'hommes venaient s'aventurer. Haruka elle même ignorait leur destination finale mais le murmure au creux de son âme continuait de la guider et elle lui faisait confiance.
Leur périple les mena jusqu'à un Sanctuaire creusé dans la montagne et oublié depuis longtemps. Haruka fut la seule à y pénétrer car c'était ce que la voix exigeait au fond de son coeur.

Elle y resta la journée et la nuit qui suivit. Ses compagnes la virent revenir à l'aube. Haruka resta évasive sur ce qu'elle avait rencontré à l'intérieur et se contenta d'expliquer qu'elle avait rencontré les dieux. Cette rumeur se propagea à son retour mais nul ne parvint à avoir d'autres explications, ce qu'il s'était passé ce jour là, ce qui s'était dit et fait, tout ceci restait entre la grande prêtresse et la divinité. Cependant, elle ramena de cet expédition un arc long dont elle ne se sépara plus. Présent divin, il amplifiait sa perception du ki et sa maîtrise mais la guidait aussi telle une main invisible qu'elle seule percevait mais qui la menait à l'endroit où elle devait être. Elle apprit à se fier à lui, à faire confiance et en vint à le considérer presque comme une sorte d'ami dont elle ne se séparait jamais. La voir marcher toujours armée de la sorte souleva le dédain de ses rivales cependant nombreux furent ceux qui remarquèrent qu'elle se plaçait sans aide pour accomplir les rites religieux et remplir son office comme si elle savait où se placer de manière juste et précise.

Ce fut avec lui qu'elle accomplit l'exploit qui fit taire pour un temps les rivalités au sein du Sanctuaire. En effet, un an après la perte de sa vue, Haruka et plusieurs prêtres et prêtresses se rendirent dans un village à plusieurs kilomètres de Kyoto. Les habitants avaient imploré l'aide du Sanctuaire car depuis plusieurs mois leurs familles souffraient de cauchemars récurrents et les disparitions ne faisaient qu'augmenter. L'enquête mena les serviteurs du Sanctuaire sur la piste de satoris qui sévissaient dans la région et profitaient allègrement de l'isolement du village. Ce qui arriva alors fut raconté et sûrement déformé maintes et maintes fois mais il y eut suffisamment de témoins pour relater les faits. étant donné son infirmité, Haruka fut rapidement mise à l'écart par ses subordonnées désireuses de s'illustrer à sa place. Le contexte actuel semblait rendre les satoris plus téméraires aussi attaquèrent-ils la nuit en dépit des feux allumés dans le village. On dit qu'Haruka donna l'alerte avant même que les singes ne pénètrent dans les maisons puis alors que tous combattaient les agresseurs, elle encocha une flèche et abattit l'un des hommes singes au vol alors qu'il sautait d'un toit pour en gagner un autre.

Cet évènement lui permit d'acquérir le respect du peuple et la rumeur se propagea comme une traînée de poudre. Au Sanctuaire, on se remit à la respecter et on finit par concéder qu'en effet l'arc était bien un objet sacré qui répondait à la Grande Prêtresse. Cela ne signifie pas que les rivalités se sont tues, loin de là, cependant les aspirantes aux fonctions de Grande Prêtresse se font plus discrètes mais restent prêtes à bondir sur la moindre occasion pour discréditer leur rivale.

Pour Haruka, cet épisode marqua un tournant décisif. Elle reprit en assurance et s'imposa dans l'exercice de ses fonctions. Y voyant un avantage, elle se décida à utiliser son infirmité comme un atout lui attirant le respect et non la pitié des gens et continua de perfectionner sa maîtrise du ki avec l'aide de l'arc sacré.  

Concernant les évènements qui secouent le Japon, Haruka se tient au courant continuellement de l'évolution des choses. Shizuka son amie la plus fidèle et sa confidente qui l'accompagne presque partout veille à lui rapporter les informations les plus fiables possibles. La Grande Prêtresse s'inquiète pour l'avenir et au delà du plan politique, elle perçoit ces évènements comme un chamboulement dans l'équilibre du monde. Avertie par le Shogun de la menace représentée par les Onis, elle redoute leur montée en puissance et une possible revanche qui aurait de graves répercutions sur les hommes. Son intuition ne cesse de lui souffler que tout cela risque de générer des conflits tels que des populations entières vont en souffrir et elle ne peut s'empêcher de chercher à tout prix un moyen de restaurer cet équilibre.  

IRL

Pseudo : Fafnir
Âge : 24 ans
Découverte du forum : C'est Aï qui me l'a fait découvrir Smile
Présence : 5j/7
Commentaire(s) : vu que je me plais bien ici, voilà que je fais un DC, merci à tous pour ce super forum !!! Smile
Bonus de PA à l'inscription ? : 150
Avez-vous bien signer le règlement ? oui !


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haruka Nogami
avatar
Messages : 11
avatar
MessageSujet: Re: Haruka Nogami (terminée)   Lun 17 Sep - 14:55

Je pense que tout y est, S'il y a des choses à modifier, je m'en occuperai Smile
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 1051
avatar
Oni
MessageSujet: Re: Haruka Nogami (terminée)   Dim 7 Oct - 15:48

Hello

Cette fiche est officiellement validée !

Tu connais la maison : faire valider l'avatar si tu l'as changé de celui proposé en prédéf, possibilité de faire une fiche de liens sans obligation de, et bon RP ^^

Merci merci de ta confiance renouvelée en FK o/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Haruka Nogami (terminée)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Haruka Nogami (terminée)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Dossiers de la population :: Gestion des Dossiers-
Sauter vers: