Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum à intrigues, rating +18 (complots, guerres, H/Y/Y autorisés)
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire
Inspiré du jeu Hakuouki

Partagez | 
 

 Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Azusa Kinzuki
avatar
Messages : 27
avatar
MessageSujet: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Dim 26 Aoû - 16:40




Azusa KINZUKI

Nom : Kinzuki
Prénom(s) : Azusa
Surnom(s) : Aucun pour l'instant, quoiqu'on l'ait déjà appelé Seikaya ("le Lys Bleu")
Âge : 28 ans
Né(e) le : 22 février 1836 (Poissons, Singe de Feu)
À : Arashiyama
Origine : Japonaise
Résidence : Kyoto
Situation familiale : Célibataire
Groupe : Japonais
Sous-groupe : Apprenti onmyoji


Compétences

Azusa possède une forte sensibilité artistique, ce qui le poussa, lorsqu'il était jeune, à se tourner vers une carrière dans le théâtre Kabuki. A ce titre, il a développé des compétences en chant (ou du moins, il savait contrôler sa voix et lui donnait les inflexions qu'il souhaitait), en danse, et en jeu. Il a par ailleurs étudié le shamisen et le koto, quoiqu'il ne pratique plus ce dernier, trop difficile à transporter.
Pendant son enfance, il étudia la cérémonie du thé, l'ikebana et la calligraphie, mais ne garda bien que cette dernière compétence dans le temps.
Après avoir quitté la troupe, il fit la connaissance d'un prêtre combattant, qui l'initia au shintoïsme de façon plus poussée, au ki, et au maniement du bâton. Bien qu'il ne soit plus comédien, Azusa continua à danser et jouer du shamisen
Par la suite, il entra au service d'Inari au sanctuaire shinto de Kyoto, et commença donc à étudier les rituels et cérémonies religieuses, et s'exercer à sentir et contrôler le ki.

Les arts :
Bien qu'il n'ait pas intégré la troupe de Kabuki tout de suite, Azusa avait déjà commencé à apprendre à jouer du shamisen lorsqu'il vivait encore avec sa famille. Il possède donc un plutôt bon niveau aujourd'hui, puisqu'il n'a presque jamais cessé de s'exercer.
Il a apprit la danse et la comédie en entrant dans la troupe, et autant il fut encore possible pour lui de danser après l'avoir quittée, autant il fut plus complexe d'en faire de même pour le reste. Son niveau en danse est encore très correct, mais il manque de pratique en comédie, et il n'est d'ailleurs pas certain qu'il sache encore contrôler sa voix comme avant.

Les pratiques culturelles :
Il fut initié à la cérémonie du thé, à l'ikebana et à la calligraphie lorsqu'il était enfant. En quittant la troupe, il perdit ses instructeurs et le matériel dont il avait besoin pour s'entraîner, aussi, il ne put continuer à s'exercer qu'à la calligraphie. Encore aujourd'hui, son trait est assuré, il est d'ailleurs souvent volontaire pour calligraphier les carnets de sceaux (goshuinchô) des pèlerins.

Aptitude martiales :
Il a apprit à manier le bâton avec le prêtre combattant qu'il a rencontré après avoir quitté la troupe de Kabuki et s'est entraîné avec lui pendant plusieurs années. Son niveau n'est pas aussi élevé que son ancien maître, mais il se débrouille, et est d'ailleurs plutôt satisfait de savoir qu'il est capable de se défendre seul.
Au sanctuaire, il essaie de s'entraîner régulièrement afin de ne pas perdre ce qui lui a été enseigné.

Le ki :
Ki personnel : initié
Ki de la terre : entre profane et initié
Azusa fut initié au ki vers l'âge de vingt ans lorsqu'il rencontra le prêtre combattant. Avec force d'entraînements et de méditation, il parvint à ressentir le sien, mais échoue encore aujourd'hui à l'utiliser. Il parvient à sentir légèrement celui de la terre, mais il ne le ressent de façon tellement infime que bien souvent, il ne lui apparaît que comme une fragrance fugace.



Caractère

Azusa est un jeune homme doux doté d'une grande gentillesse. Tranquille, confiant, il donne l'impression de ne pas accorder d'importance à de nombreuses choses, bien que ce ne soit en réalité qu'une façade, un masque qu'il porte afin de cacher ses faiblesses et ses doutes. Car après avoir commencé à se faire connaître dans le théâtre, après qu'on lui eu promis un avenir, il fut rejeté et brimé, ce qui le poussa à se remettre en question, et à chercher un sens à sa vie. Pourquoi existait-il s'il n'avait pas de place dans le monde ? Alors qu'il n'était pas très pieux, il finit par se tourner vers la religion, notamment après avoir fait la connaissance d'un prêtre combattant, espérant trouver une réponse dans le divin, se disant que, dans le cas contraire, au moins pouvait-il aider les visiteurs à purifier leur esprit et à les apaiser.
Plutôt sociable, toujours le sourire aux lèvres et la plaisanterie facile – même si elle est de mauvais goût – il lui arrive cependant de paraître parfois solitaire et mélancolique, notamment lorsqu'il se questionne sur la vie ou qu'il a besoin d'intimité. Comme beaucoup le considèrent au premier abord comme hypocrite ou étrange, il n'est pas très entouré et ne possède que très peu d'amis, une chose qui peut lui peser, lui qui est assez altruiste et généreux.

Habitué durant son enfance à ce que l'on prenne soin de lui, notamment pendant les années qu'il a passé avec sa famille, il a du mal à être spontanément serviable, mais il n'en est pas moins généreux de sa personne lorsque cela implique une cause qui lui semble juste ou une personne qui lui est chère. Il n'irait pas forcément jusqu'à risquer sa vie, n'étant ni soldat, ni samouraï, mais il sait s'investir, et consacrer du temps et de l'attention à ce qui importe.
Pour autant, au quotidien, Azusa est un épicurien, un rêveur qui aime s'adonner à la contemplation de la nature et des belles choses. Loin d'être un travailleur acharné, et bien qu'il ne soit pas non plus fainéant, il faudra souvent le rappeler à l'ordre. Il fera alors en sorte de satisfaire ses mentors et de leur montrer qu'il n'est pas un mauvais élément.
Né dans un okiya de Gion - avant d'avoir dû en partir - il a un grand attrait pour les arts, un sens qu'il a pu développer durant son enfance, passé chez son père. Il aime la calligraphie, la musique et la danse, et lorsque cela est possible, il essaiera d'utiliser ses compétences, même dans le cadre de son travail. Il est souvent volontaire pour les danses rituelles, bien que son rang ne lui permette pas toujours de le faire ; et pour calligraphier les livrets de sceaux des pèlerins. Il a par ailleurs une très belle écriture, cursive et élégante, et il sera toujours heureux de savoir que sa calligraphie a été appréciée.

Malgré son apparence raffinée, et ses manières à la limite d'être aristocratiques, Azusa possède une certaine force de caractère. Si son corps est fin et délicat, alors son esprit est robuste et saura supporter beaucoup de peines et de souffrances avant de les montrer. Il ne cherche pas nécessairement à cacher ses émotions puisqu'il les laisse facilement s'exprimer lorsqu'il pratique un art, mais plutôt parce qu'il a été habitué à faire avec. Il a souvent été seul par le passé, bien que son enfance n'ait pas été malheureuse, aussi dut-il garder pour lui ce qu'il ressentait. Par ailleurs, alors qu'il utilise principalement boku pour parler, lorsqu'il est confronté à des personnes qui remettent en doute sa masculinité, il emploiera ore.

Il essaie de se vouer à une cause divine pour s'ancrer dans le monde, pour avoir la sensation d'avoir trouvé sa place, même s'il reste conscient que cela n'est peut-être que temporaire et qu'un temps viendra où il devra de nouveau changer de vie. Par ailleurs, il est très attaché aux traditions et ne voit donc pas d'un très bon œil l'arrivée des étrangers, de leurs armes à feu et de leurs manières frustes et rudes. Il est capable de ne rien laisser paraître et de donner sa chance à un inconnu, mais il en faudra beaucoup pour le convaincre.


Physique

Azusa possède une silhouette élancée et gracieuse. Il est mince et athlétique, gracieux et élégant, et son visage, aux traits fins, est souvent animé d’une étrange expression énigmatique. Azusa a presque constamment le sourire aux lèvres, même s'il est rare de le voir rire franchement, comme si toutes ses expressions étaient atténuées. A cause de cela, beaucoup de gens disent avoir du mal à traiter avec lui ou à comprendre à quoi il pense, pouvant le penser hypocrite ou indifférent, alors qu'il n'en est rien. Ce n'est qu'avec le temps que l'on peut finalement voir qui il est vraiment, derrière la façade.

Coupés de façon asymétrique, ses cheveux sont d'un noir profond qui contraste avec le noisette clair de ses yeux, à la forme allongée et en amande, ce qui lui donne un regard particulier, un air distingué, voire aristocratique, qui est souvent renforcé par sa façon de se tenir : droit, altier, il donne l'impression de descendre d'une importante famille et d'avoir bénéficié de la meilleure éducation, ce qui n'est qu'en partie vrai. Sa très grande beauté, qui peut sembler être un don du ciel est aussi parfois, pour lui, une malédiction : il arrive souvent qu'il ne soit pas pris au sérieux par des hommes à l'apparence plus masculine, et qu'il soit brimé, soit parce qu'on le prend pour une femme travestie, soit parce que l'on doute de son orientation sexuelle.

Au sanctuaire, Azusa porte la tenue des apprentis, mais lorsqu'il ne travaille pas, il se vêt souvent de jolis kimonos masculins, sobres sans être non plus trop pauvres, sa teinte préférée étant le bleu. Il a beau ne pas avoir beaucoup de moyens, son père lui fait régulièrement cadeau de vêtements, afin de lui montrer qu'il ne l'oublie pas, même s'il ne peut l'élever comme son héritier.


Histoire

Azusa est né le 22 février 1836 à Arashiyama, une ville proche de l'actuelle Kyoto, des suites d'un long et pénible accouchement. Sa mère, geisha à Gion, avait offert son mizuage à l'homme qui devint par la suite son Danna, un chef de famille de la noblesse kuge dont il valait mieux que le nom reste secret, et ce fut lors de cet échange intime qu'Azusa fut conçu.

Sa mère ne pouvant le prendre avec lui car étant tenue par le règlement de son okiya, Azusa fut élevé par son père, dans la résidence secondaire de la famille, à Arashiyama. Cela lui permit de s'occuper du garçon sans offenser son épouse ou ses fils, légitimes, eux. De ce fait, et bien qu'Azusa put bénéficier très tôt d'une excellente éducation, il fut aussi très souvent seul, avec personne avec qui jouer ou parler à part des adultes, ce qui le poussa à écouter sa fibre artistique et à demander à apprendre la musique. C'est de cette façon qu'il commença à s'exercer au shamisen, puis au koto.

Avec lui, son père avait un comportement très protecteur, très paternel, chose qu'il ne se permettait pas de faire avec ses fils légitimes, avec lesquels il avait des responsabilités. N'étant pas attaché à cela avec Azusa, il laissa parler son amour pour le garçon et s'appliqua donc à le rendre heureux. Il s'enthousiasmait de le voir s'épanouir dans la musique, et devenir si beau garçon.

"Tu es tellement beau, mon fils", lui disait-il souvent. "Si tu étais né femme, tu aurais fait une splendide geisha."

Il ne se doutait pas qu'en disant ces mots, il avait fait venir le doute dans le coeur d'Azusa. Pourquoi donc était-il un garçon, dans ce cas ? Sachant que sa mère avait été l'une de ces fascinantes femmes d'arts de Gion, il ne pouvait que rêver à ce qu'aurait pu ressembler sa vie s'il avait été une fille. Cela le poussa à davantage s'investir dans le domaine artistique, et ce fut quelques années plus tard, alors qu'il entrait dans l'adolescence, qu'il fit part à son père de sa volonté de suivre une carrière d'acteur, seule façon pour lui d'accéder à ce qu'il aimait. Son paternel accepta et l'aida à trouver une troupe de Kabuki et à s'installer à Kyoto.

Azusa fut réellement heureux durant les années qui suivirent. Il put apprendre la comédie, la danse et le chant, il était entouré, et ravi de ce que serait sa vie. Les débuts étaient difficile, mais avec le travail, il put progresser comme il le voulait. Vers l'âge de seize ans, il put jouer ses premières pièces, d'abord comme figurant, puis comme second rôle. L'année de ses dix-huit ans, l'administrateur de la troupe lui proposa rôle féminin, lui expliquant qu'il souhaitait mettre à profit sa beauté. Ce fut la première fois qu'Azusa ressenti de la fierté à ce propos, et il commença alors à soigner son apparence et ses manières afin d'être d'avoir la possibilité de jouer à nouveau. Durant les deux années qui suivirent, il joua essentiellement des rôles féminins, ce qui lui procura une petite notoriété - il était très loin d'être l'égal des grands comédiens de Kabuki, mais il commençait à se faire un nom. Avec le temps, on lui attribua le surnom de Seikaya.

Malheureusement, un drame survint l'année de ses vingt ans. Alors qu'il était en train de se changer dans sa loge après la pièce, l'administrateur vint le voir. Il fut très entreprenant avec lui, le forçant à retirer ses vêtements, lui disant que s'il était si beau et délicat, c'était bien pour une raison. Azusa se débattit, la peur au ventre, mais à force de tapage, ils attirèrent l'attention du reste de la troupe. L'administrateur retourna alors sa veste, disant que le jeune comédien avait des penchants contre nature et qu'il avait essayé de le toucher alors qu'il était venu le féliciter. A cause de ce scandale, et la parole d'Azusa ne signifiant rien contre celle de l'administrateur, il fut renvoyé de la troupe. Il se mit à maudire son visage et à le cacher derrière des foulards et des écharpes pour ne plus avoir d'ennui.

"Cette beauté est une malédiction."

Cet épisode lui fit perdre un peu confiance en lui, d'autant plus que l'information avait circulé dans une majeure partie des troupes de Kabuki de Kyoto, ce qui l'empêchait d'en intégrer une nouvelle. Ne sachant que faire, il décida de quitter un moment la région afin de prendre du recul, après avoir écrit à son père à ce sujet. Il ne souhaitait pas l'inquiéter ni même demander son appui, mais voulait lui dire la vérité à propos de l'incident. Il déposa l'essentiel de ses affaires à Arashiyama, ne gardant avec lui que quelques vêtements simples et son shamisen, puis il prit la route pour Otsu, située au nord-est, sur les rives du lac Biwa.

L'errance fut difficile. Il avait souvent faim, dormait peu, ne pouvait prendre soin de lui comme il le voulait, et ses muscles étaient douloureux. Pour autant, cela lui permit de découvrir que la vie était possible loin de la sophistication superficielle du théâtre, et que l'on pouvait trouver de la beauté et du réconfort même dans les choses les plus simples. Il apprécia autant qu'il détesta la solitude, l'isolement, l'indifférence.
Quelques mois après son départ, il rencontra un prêtre dans les montagnes qui bordaient Otsu. L'homme aurait pu avoir l'âge de son père, et ce fut certainement pour cela qu'il fut pour lui la figure paternelle qui lui manquait depuis son départ d'Arashiyama.

"Pourquoi te caches-tu ?" lui demanda-t-il. "Si les dieux t'ont fait ainsi, alors sois fier de leur don."

Le prêtre, sage, lui permit de s'accepter tel qu'il était, de ne plus voir sa beauté comme une malédiction, mais comme n'importe quelle banale particularité. Avec le temps, il ne craignit plus de montrer son visage et il fut enfin en paix.
Par ailleurs, le prêtre lui enseigna la voie des dieux et lui apprit à se battre au bâton et à ressentir le ki. Azusa n'était pas aussi doué en la matière qu'il ne l'était en musique, mais avec du temps et de la pratique, il parvint à sentir cette énergie en lui.

Après cinq années passées à ses côtés, à voyager, à s'entraîner, Azusa sentit un fort besoin de stabilité, aussi il quitta son père de coeur - non sans difficulté - et retourna à Kyoto, en espérant que personne ne se souvenait de Seikaya. Il récupéra les affaires qu'il avait laissées à Arashiyama - son père fut d'ailleurs très heureux de le revoir et le couvrit de cadeaux de bienvenue - puis prit contact avec un sanctuaire shinto et devint apprenti onmyoji. Aujourd'hui, cela fait trois ans qu'il y travaille.

Il arrive encore qu'il fasse l'objet de certaines remarques à cause de son visage, ce qui l'amène parfois à penser que s'il n'était pas né ainsi, il n'aurait pas tous ces ennuis. Pour autant, grâce aux paroles du prêtre, il a fini par en tirer de la fierté, et se dit qu'il n'y a peut-être pas de meilleur moyen de remercier les dieux qu'en les servant.

IRL

Pseudo : Shinamaryllis
Âge : 26
Découverte du forum : Par une amie
Présence : Environ 3/4 jours par semaine
Commentaire(s) : Je ne connais pas le jeu qui a inspiré ce forum, mais ça m'a l'air très intéressant !
Bonus de PA à l'inscription ? : Japonais + prêtre = 100
Avez-vous bien signer le règlement ? Oui


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 1046
avatar
Oni
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Lun 27 Aoû - 11:25

Bonjour

Bienvenue sur Feodal Kyoto. J'espère que tu vas te plaire parmi nous! Merci d'avoir fait le "trajet" jusqu'à notre petit coin.

Je vais devoir malheureusement invalider ta présentation pour deux raisons, l'une majeure. Je ne fais pas ça de gaité de coeur T_T

1. il est absolument impossible qu'un enfant de sexe masculin grandisse au sein d'une okiya. C'est absolument impossible qu'il suive les cours de geisha. C'est l'un des taboo les plus extrêmes au Japon, et c'est encore le cas de nos jours.

Il existait bien des "geisha mâles" - sachant qu'à la base, il n'y avait que des geisha mâles, mais lorsqu'en 1751 les geishas femmes font leur apparition, elles sont rapidement adoptées (en dépit d'un mini scandale). Les Taikomochi avaient d'ailleurs plus un rôle de commentateur/comique/ qu'un rôle de divertissement gracieux.

L'un dans l'autre, je vais refuser toute cette partie, et donc toute la partie "compétences" qui va avec.

Par contre, ton personnage peut être l'enfant d'une geisha. Il peut avoir des pré-dispositions pour les arts et vers les études. Après tout, la carrière de "admistrateur" pouvait être très noble et enrichissante. Par contre ², s'il se concentre sur ses études, il saura moins bien se battre/monter à cheval etc. L'éducation d'un samouraï commence dès ses 8 ans. Tu ne peux pas tout avoir ^^.

2. Généralement, les prêtres commencent leur apprentissage très tôt, dès l'enfance. Je ne vois pas de souci à ce que ton personnage commence, pour X raisons, plus tard, mais plus il commence tard, moins il sera doué pour tout ce qui est manipulation du Ki. Commencer à 25 ans, c'est bien trop tard.
Imagine qu'un prêtre/prêtresse se doit être la bouche et la voix des dieux. Il y a une question d'affinité, si le personnage fait le choix de. On connaît beaucoup de prêtres qui ont grandi au temple, parce que filles/fils de prêtres, ou enfants recueillis par le sanctuaire. Tous n'ont pas la vocation... et tous n'auront pas une affinité au ki super-développée.
Le ki, c'est vraiment ce qui différencie les prêtres/prêtresses du reste des humains (plus d'info clic). C'est quelque part dommage de faire un prêtre qui ne connaît rien du ki.
Mais c'est complètement possible.

Voilà pour moi.

Je ne peux que souligner ta très belle plume. Je ne souhaite pas te décourager, loin de là. Je suis dispo pour toute question, ici par MP ou sur Discord. Je peux t'aider à trouver un historique "qui colle", n'hésite pas!

Courage ♫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azusa Kinzuki
avatar
Messages : 27
avatar
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Lun 27 Aoû - 11:59

Bonjour !

Merci pour ton accueil Smile

Je t'envoie un message sur Discord alors, ce sera plus simple pour discuter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azusa Kinzuki
avatar
Messages : 27
avatar
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Mar 28 Aoû - 9:26

Voilà, fiche corrigée ! ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 1046
avatar
Oni
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Mer 29 Aoû - 11:28

Hello

Merci pour ces corrections; je me doute que ça n'a pas été facile de complétement remanier ton personnage.

En l'occurrence, c'est un pari gagné, puisque je te valide. A une seule condition (the troll!) : on est d'accord que tu es en niveau "initié" pour le ki personnel et entre "profane" et "initié" pour le ki de la terre ? C'est peut-être le seul moment du jeu où on va parler statistique, alors je fais attention à bien mettre les encoches au bon endroit :p
Si c'est bon, merci de bien vouloir éditer ta préz pour bien identifier ce point o/

N'oublie pas d'aller recenser ton avatar dans le bottin. Tu peux aussi créer une fiche de lien selon ta convenance.

Le meilleur pour la fin, pour trouver un RP n'hésite pas à regarder les demandes présentes dans ce sujet ou à en faire une toi même. Tu peux aussi venir bavarder sur le discord, c'est un lien d'échange tranquille ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Azusa Kinzuki
avatar
Messages : 27
avatar
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   Mer 29 Aoû - 15:23

Coucou !

Ah, super, merci beaucoup ! Je suis contente que les changements apportés conviennent ^^

Oui, je ne l'ai pas dit aussi explicitement, mais c'est bien le cas pour le ki. Je vais ajouter ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji   

Revenir en haut Aller en bas
 
Azusa Kinzuki - l'apprenti onmyoji
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Dossiers de la population :: Gestion des Dossiers-
Sauter vers: