Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum à intrigues, rating +18 (complots, guerres, H/Y/Y autorisés)
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire
Inspiré du jeu Hakuouki

Partagez | 
 

 Au revoir

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1256
avatar
Metis
MessageSujet: Au revoir   Dim 16 Sep - 15:43

Une jolie lettre, dans une écriture particulièrement soignée pour l'occasion, git sous un pot de fleur avec un ikebana fanée.

Elle était passé souvent pour lui parler, mais son périple l'avait occupé, alors, elle avait laissé ce mot là, sous cette jolie composition qui, quand on parlait le langage complexe des arrangements florales, en disait déjà long sur le contenu de la lettre : au revoir.

J’aurais aimé te le dire de vive voix, mais encore une fois, tu n’es pas là. J’ai bien compris l’importance de tes responsabilités, je ne t’en tiens plus rigueur, même si, je pense que j’aurais aimé passer un peu plus de temps dans tes bras. Le fait est qu’elles font partis de toi, et je le respecte, j’imagine que Kazama n’est pas un nom si facile à porter…

Je n’ai jamais été très douée pour les adieux ou les au revoir, j’en ai vécu beaucoup, mais j’en ai fais peu, d’habitude je me contente de disparaître. Mais tu ne mérite pas ça. Crois le ou non, Chikage, ce que j’ai vécu avec toi c’était spécial. Et pas seulement parce que j’ai appris à mieux accepter ma part oni et que je me sens mieux dans mon corps et dans ma tête par ce simple fait.

Non, tu es grincheux, capricieux, égocentrique et franchement insupportable et pourtant, je t’ai supporté avec tant de plaisir, j’ai ri, j’ai vibré à tes côtés, avec l’impression d’être en vie plus que rarement… Sans doute pour ça, ais-je trahi les règles du jeu, à me languir de ton absence, à en vouloir plus que d’être simplement amants.

Je ne le regrette pas, j’ai passé de bons moments, et peut-être qu’un jour, nous en passerons d’autres, ensemble parce que je reviendrais sans doute à Kyoto, peut-être qu’on se recroisera, près de la rivière…

Pour l’heure, j’ai décidé que moi aussi, j'avais ma vie à vivre et mes responsabilités, c'est pourquoi je vais retourner en Chine. Contre toute attente, j’ai eu des nouvelles de ma mère,  elle a à me parler, c’est important apparemment mais elle craint de revenir au Japon. Alors je vais la rejoindre, le périple va me prendre du temps, et je resterais sans doute là-bas un moment, c’est le pays de mes origines après tout…

Je t’enverrais une lettre à cette adresse quand je serais arrivée.

Au revoir, Chikage, ne soit pas trop fâché, prends soin de toi et des tiens.

Je t'embrasse,

Hanako Kuroyuri
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chikage Kazama
avatar
Messages : 1052
avatar
Oni
MessageSujet: Re: Au revoir   Lun 10 Déc - 18:08


La lettre gisait, froissée en boule, dans un coin de la pièce, où toute vie semblait morte. La plante desséchée était restée là, témoin d'une époque où les choses étaient belles et douces.

Chikage ne pouvait pas dire qu'il était en colère. Il ne pouvait pas plus avouer qu'il était triste au point du désespoir. Il comprenait les raisons de Hanako, même s'il lui en voulait de ne pas avoir plus cru en lui, en eux. Certes, elle devait rentrer en Chine, mais y avait-il urgence? Ne pouvait-elle donc pas attendre un peu, alors qu'il lui avait promis de lui parler, de tout?
Non, elle était trop indépendante pour accepter devoir dépendre d'un autre. Voilà une leçon qu'il apprenait, amèrement. Si c'était ça, l'amour, alors il avait bien fait de s'en passer pendant des années. Et il n'était pas prêt d'y remettre le bout de la patte. L'amour, c'était pour les faibles qui se cherchaient des excuses, des justifications à leur état.

La lettre avait été soigneusement dépliée et aplatie. Les bouts étaient pourtant cornés. Preuve s'il en était encore nécessaire de l'attachement du jeune chef de clan à sa maîtresse. Il en avait usé jusqu'à la trame, de ce parchemin, en lisant et relisant chaque mot, à la recherche d'une lueur d'espoir. Ne disait-elle pas qu'elle allait lui écrire? Alors, il pourrait lui répondre. N'avait-elle pas clairement évoqué des sentiments forts pour lui? Aussi son retour à Kyoto était plus que probable. Il attendrait. Autant qu'il le pourrait.

La lettre avait disparu, rangée quelque part. Loin des yeux, loin du coeur, espérait-il. Peut-être cela le guérirait-il de cette lancinante petite mort? Il lui semblait encore sentir son odeur, quand il portait le haori dans lequel elle adorait s'envelopper. Son ombre glissait sur les parois de papier de vitres comme les nuages masquaient tour à tour le soleil, la lune et les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Au revoir
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Kyoto :: Centre-Ville :: Quartier résidentiel :: Demeure des Kazama-
Sauter vers: