Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 Contexte

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bishamonten
avatar
Messages : 321
avatar
MessageSujet: Contexte   Ven 8 Avr - 11:28



Contexte


Préambule


Japon, 1863. Les conflits ont commencé il y a bien longtemps et se sont achevés bien après. Mais pourtant c'est à cette date où tout a basculé, où l'Histoire du Japon a été précipitée : la fin du shogunat, des samouraïs, l'ouverture sur l'étranger...

Un destin qui ne convient pas à Bishamonten, Dieu protecteur de la loi Bouddiste, de la Prospérité et de la Guerre. Bien que le Japon soit, aujourd'hui en 2016, une grande puissance mondiale et un modèle économique pour le reste de l'Asie, il en a assez de voir le pays qu’il chérit sombrer un peu plus dans le chaos : suicide, pollution, manque de ressources, catastrophes naturelles... Avec l'aide de Benzaiten, la déesse de la sagesse, il a décidé de façonner un nouveau futur. Pour cela, ils ont choisi une multitude d'Elus que rien ne rassemble à première vue, si ce n'est leur potentiel : celui de changer l'Histoire.

Ramenés en 1863, ils n'ont aucune autre indication, si ce n'est cette mission. Le sceau qui a été apposé quelque part sur le corps les empêche de raconter leur incroyable destin et pourtant ils doivent agir malgré tout. Ils doivent trouver leur place dans cette époque trouble qui n'est pas la leur et où tout se joue et ce en dépit de toutes leurs lacunes... Car naturellement, il y a des choses que les livres d'histoires ne disent pas.

Ils ne disent pas que le Shisengumi, une milice qui patrouille dans les rues de Kyoto pour assurer la sécurité des citoyens, pratique des expériences étranges sur certains de leur membres rejetés, les transformant en rasetsus, monstres assoiffés de sang aux incroyables capacités.

Ils ne disent pas que le docteur initialement responsable de ses recherches, Kôdô Yukimura, a mystérieusement disparu laissant présager bien des complications.

Ils ne disent pas que les légendes sur les Yokaïs et les démons sont loin d'être des affabulations, ni que les Onis, une race aux capacités largement supérieures aux humains, observent dans l'ombre où les Humains les ont contraints, et que certains se lassent de cette apathie.

Mais au final, qu'importe ce que les livres d'Histoire disent, car leur contenu va changer. Ce sont vos histoires qui vont les réécrire même si vous ne le réalisez pas forcément...

Que vous soyez un membre du Shisengumi, un nationaliste visant la restauration de l'empereur au pouvoir, un simple citoyen coincé dans la tourmente, un Oni éloigné des turpitudes humaines, un étranger contre qui gronde l'ensemble du pays ou encore un Elu de Bishamonten fraîchement débarqué, vous avez un rôle à jouer.

Nous sommes en novembre 1863, il est temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feodal-kyoto.forumgratuit.org
Bishamonten
avatar
Messages : 321
avatar
MessageSujet: Re: Contexte   Sam 8 Avr - 19:46



Contexte


Événement du 21 décembre 1863

(joué de novembre 2016 à mars 2017)

Les marchands de Kyoto organisent un festival la nuit du solstice d’hiver pour attirer l’attention et la bienveillance des Dieux sur la ville. En effet les signes annoncent que la nouvelle année sera néfaste. Ainsi, une soirée de lumières, de rires et de danses, avec un feu d’artifices, devrait prévenir du pire.

Cependant, rien ne se déroula comme prévu. Non loin du lieu des festivités, l’entrepôt de  Murata-san, marchand de kimonos (PNJ) depuis quelques générations, prend feu. Alors que la foule fuit le désastre, les plus alertes se dépêchent pour circonscrire l’incendie. En 1863, la ville de Kyoto est principalement faite de maisons en bois et il ne faut pas que ce fléau se répande : ça serait une catastrophe.

Profitant ainsi de la cohue, un groupe de 7 bandits s’attaque à l’Anglais William Balwin, venu avec une carriole d’armes à feu, pour son stand de tir. Bien que Hanako Kuroyuki et Sadamichi Hara se portent à son secours, personne ne peut empêcher le vol de la précieuse cargaison. Encore moins lorsque l’un des malfaiteurs se transforme soudain en Satori, un homme-singe tel que décrit dans les légendes… ces mêmes légendes qui ne font état d’aucun pouvoir de métamorphose, contrairement aux Onis. Hanako le sait bien, mais que peut-elle dire ? Elle sait surtout qu’elle, qu’ils, ne sont pas de taille, et opère une prudente retraite, entraînant Sadamichi l’Élu avec elle. William, quant à lui, panique, et court chercher du secours auprès du Shinsengumi.

Ces derniers sont en train de superviser la gestion de l’incendie. Les premiers éléments de l’enquête montrent qu’il s’agit là d’une tentative volontaire de nuire. Pire encore, le ou les pyromanes ne se sont même pas donnés la peine de dissimuler leurs traces. Ils veulent qu’on sache que cet incendie n’est pas accidentel, loin de là. Mais quel but avait ce geste ? Personne ne pourra vous le dire, et William reçut donc un accueil peu chaleureux (un comble, alors qu’un bâtiment flambe!) lorsqu’il vient rapporter le vol de sa cargaison.

Il faut dire qu’ils sont bien occupés car outre le feu, il y a une tentative de cambriolage dans une maison juste à côté. Enfin, il y a eu cambriolage. Ametsuki Shinju et Lieven Fürstenwalde, un duo assez improbable, ont bien repéré les trois individus louches qui se faufilaient discrètement à travers la foule en panique, mais n’ont rien pu faire pour empêcher le vol… d’une vieille lance sans valeur apparente. Par contre, elles ont pu appréhender l’un des voleurs. Sa façon de combattre indique qu’il est un ninja. Et surtout, il a abandonné le combat pour permettre à ses complices de s’enfuir. Tout ça, pour ça ?Si ça, ce n’est pas louche.
Dernier détail, mais pas des moindres : alors que Lieven avait réussi à entrer dans la maison et qu’elle s’apprêtait à chercher les deux voleurs qui avaient pris de l’avance, elle entendit une voix dans sa tête, lui disant qu’une Humaine comme elle ne devrait pas se mêler des affaires des autres. Très sagement – surtout pour elle ! - elle obéit et retourna à la capture du premier coupe-jarret.

Une sombre nuit donc, et l’avenir s’annonce on ne peut plus mal...

Lire toute l’histoire ? C’est par ici

Nous sommes désormais en janvier/février 1864

Elements de jeu

- L'hiver est caractérisé par des chutes de neiges abondantes, entrecoupés par de grandes périodes de froid intense avec des vents pas forcément violents, mais insidieux, constants. C'est l'hiver le plus froid depuis facilement les 30 dernières années. La nature gèle complètement, rivières, lacs... et surtout le sol. Les paysans sont déjà inquiets pour la récolte à venir.

- Une épidémie de grippe s’abat sur le Japon et n'épargne pas Kyoto. Cette année, la maladie est très virulente et résiste aux traitements habituels. Les populations les plus faibles, comme les enfants, les personnes âgées et les petites constitutions, sont particulièrement touchées. Les morts commencent à s'accumuler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feodal-kyoto.forumgratuit.org
Bishamonten
avatar
Messages : 321
avatar
MessageSujet: Re: Contexte   Dim 29 Avr - 17:16



Contexte


Période de janvier-février 1864

(joué de mars 2017 à avril 2018)

[HRP : merci de faire la différence entre ce résumé qui s’adresse aux joueurs et qui est transparent, pour votre parfaite information, et ce que votre personnage connaît réellement ! Pas de metagaming svp ^^]

Suite à l’incendie qui a ravagé l’entrepôt de  Murata-san, marchand de kimonos (PNJ) depuis quelques générations, et à l’agression de William Balwin, le climat de Kyoto s’est dégradé.

Physiquement d’abord, avec un des hivers les plus rudes de mémoire d’homme. Les grosses chutes de neige ont fait place à un froid mordant qui a traîné derrière lui une épidémie de grippe, une qui ne se guérit pas comme d’habitude. Devant la mortalité en flèche, Katamori Matsudaira, daimyô d'Aizu et commissaire militaire de Kyoto, engage des recherches. Son équipe finit par trouver un remède, à base de coquelicots bleus (HRP : fleur inventée). Le végétal est rare et ne pousse que sur les pentes des monts Chûgoku.
Une expédition est montée pour aller chercher ce précieux composant. Dans la troupe, Kiyoaki Maruyama, Taïga Kazama et Ai Yukitsuki sont loin de penser qu’il ne s’agit pas là d’une simple mission humanitaire. En effet, Kioyaki et Ai disparaissent soudainement du camp, sans que personne n’y trouve à redire… Sauf Taïga qui remue ciel et terre pour les retrouver. Mais que peut-il, face au Dieu des océans, des forêts et des tempêtes, Susanô ? Chacun de leur côté confronté à la Divinité, les deux disparus se voient proposer de la servir, et chacun de leur côté refuse. Le Dieu semble accepter leur décision mais impose sur leur parole une condition de silence en tous points similaires à celle de Bishamonten. Taïga, lui, fait face aux Satoris, habitants originaux des monts Chûgoku, et ennemis héréditaires des Onis. Pourtant ceux-ci ne sont pas agressifs, et auraient même pris le village humain local sous leur protection. Un fait que Iwao Sue, prêtre du Sanctuaire de Kyoto « ressent » à travers le ki, sans pouvoir se l’expliquer.
Plus d’information par ici

Ce prêtre connaît pourtant le sujet, puisqu’il a participé depuis les ombres aux interrogatoires de William Baldwin et Hanako Kuroyuki suite à l’attaque de la charrette d’armes de l’Anglais. Agissant en coulisses, il semble en savoir plus qu’il ne le dit réellement. Or, les prêtres ne sont que les instruments des Dieux… au bénéfice des Humains. Finalement, qui est son maître ?
Plus d’information par ici et

Mais ce ne sont pas là les seuls sujets d’inquiétude pour Kyoto, qui en plus de cet hiver, souffre moralement.

En effet, Chikage Kazama a rencontré hors de la ville, et le soir du festival – et cette coïncidence ne l’est finalement peut-être pas tant que ça – un groupe d’individus bien étranges : les cheveux blancs comme les Onis sous forme naturelle, les yeux rouges carmin comme les Kazama, ils marchent comme des hommes hypnotisés… Leur ki est malsain, et leur force absolument sans mesure réelle à celle des humains. Serait-ce une nouvelle race de Yôkai ? Quelle est cette mission dont ils parlent ? Qui est leur maître ?
Devant la corruption du ki dont ils portent la marque, Chikage fait fi de l’antagonisme que la maison Gozen a à son égard, et fait, par moyen détourné, prévenir Sen de cette menace.

Plus d’information par ici et ici (attention, RP abandonné, mais considéré comme canon).

Enfin, mais pas des moindres… loin de ces questions d’êtres surnaturels, le Shinsengumi est touché au cœur de son organisation. Susumu Yamazaki, espion et ninja de la milice de rônins, a mis le doigt sur un trafic d’armes européennes. Des pistolets et des fusils, introduits au Japon en petite quantité et dans l’illégalité la plus totale. Comment ? Pour qui ? Autant de question qui le pousse à se démener pour démasquer les contrebandiers. Cependant, au jeu du chat et de la souris, il perd. Utilisant son amitié avec Ai pour l’attirer dans un piège, les bandits l’attrapèrent. Parmi eux, un homme du Shinsengumi, un traître ! Déchiré entre avoir à divulguer les secrets de l’enquête et plus encore, et avoir à sacrifier la vie de Ai, Susumu finit par se délivrer. Héroïquement, il reste en arrière pour couvrir la fuite de la jeune femme.

Lorsque les renforts arrivent, ils trouvent la maison cachée aux abords de Kyoto en proie aux flammes – entre l’incendie du laboratoire de Yukimura et l’entrepôt de Murata, ça flambe sévère dans le coin. Difficile de réellement reconnaître les corps retrouvés dans les ruines fumantes. A ce jour, Susumu Yamazaki est considéré comme mort au combat.
Et Le Shinsengumu, connu sous le terrible surnom de "loups de Mibu", ont soif de vengeance. [HRP : Mibu est le lieu de leur premier QG, et n'a rien à voir avec la famille oni des Mibu]

Plus d’information par ici

Nous sommes désormais en mars/avril 1864.

Éléments de jeu pour la nouvelle période

- Etat de la population critique : mauvais hiver, épidémie et tension politique font mauvais ménage. Les gens voient des mauvais signes et de noirs présages à tous les coins de rue. Les sanctuaires sont pris d’assaut, les ventes de talismans montent en flèche. La population a peur, et la peur n’est jamais une bonne chose.

- Les daimyôs s’agitent de plus en plus contre le shogun, et contre les étrangers. Ces derniers ne sont plus les bienvenus, en dépit des décrets – arrachés de force – de libre circulation. Des rumeurs de bandes de rônins « patriotes de l’ombre » enflent. Les chefs de domaine désirent, pour une partie, pouvoir s’armer à l’équivalent des étrangers, et pour l’autre, pouvoir combattre ouvertement les étrangers, ne seraient qu’économiquement.

- L’hiver cède peu au printemps. Celui-ci est tardif, et le gel perdure. Les paysans annoncent que les récoltes seront mauvaises. On ne parle pas encore de famine, mais avec l’ensemble des éléments, cela devient un sujet de crainte.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://feodal-kyoto.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Contexte   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contexte
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Administration :: Once upon a time :: Dictats-
Sauter vers: