Forum RPG tiré de l'univers d'Hakuouki, Feodal Kyoto mêle Japon féodal et fantastique. Pour changer l'Histoire, les dieux envoient leurs élus de 2016 en 1863. Geisha, ninja, rônin du shinsengumi... Onis ou Humains... Réécrivez l'Histoire (NC -18)
 
Forum +18 H/Y/Y
Inspiré du jeu Hakuouki
Aucune connaissance du jeu ou du Japon n'est nécessaire

Partagez | 
 

 La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Lun 26 Déc - 20:46



Satisfaite, Hanako posa le pinceau en veillant à ce que l'encre ne goutte pas sur la table. Précautionneusement, elle tira la feuille de papier pour relire les idéogrammes qui s'étalaient dessus, s'assurant qu'ils soient compréhensible car la jeune femme était loin d'être une bonne calligraphe. Les pattes de mouches qui bouclées parfois les signes, les hésitations, des erreurs dans le début du trait, tout cela trahissait une maitrise plutôt moyenne de l'écriture surtout quand il fallait veiller à ne pas écrire trop gros. Enfin, au moins elle était lettrée, ce n'était pas si répandue que ça pour l'époque. En deux langues qui plus est. D'ailleurs, même si les étrangers se plaisaient à confondre les deux écritures, Hanako savait bien qu'elles n'avaient rien à voir, cela rendait juste l'apprentissage plus difficile car il était facile de faire parfois quelques confusions par la force de l'habitude. Hanako avait appris à écrire le chinois en premier pourtant après avoir passé temps de temps au japon sans pratiquer elle avait eu bien du mal à retrouver les mots. Enfin, le résultat lui semblait compréhensible, c'était l'important.

Quelques jours après sa sortie aux sources chaudes avec Chikage, Hanako s'était enfin décidée à rédiger la lettre promise à sa mère. Elle avait beaucoup hésité sur quoi dire et comment le dire mais finalement elle était allée plutôt droit au but. « Chère maman, tout se passe bien pour moi au japon, je suis actuellement installée à Kyoto et je compte y rester encore un moment alors tu peux me répondre à cette adresse. J'ai rencontré un Oni que j'aime beaucoup et qui n'est pas aussi méchant qu'il veut le faire croire.  Malheureusement, il m'a appris que les Yukimura était décédés. Tout le clan est apparemment mort à cause d'une attaque humaine, les Hêza aussi, j'ai pensé que je devais te le dire. Cela me ferait plaisir si tu voulais revenir au Japon maintenant que tu ne risques plus rien, j'ai très envie de te voir. Au moins réponds moi s'il te plait. Ta petite fleur. »

Relisant ses mots en se mordillant la lèvre, Hanako finit par soupirer en la reposant négligemment sur la table. C'était étrange tout de même d'écrire comme si de rien n'était à une personne dont on avait pas eu de nouvelles depuis des années et qu'on soupçonnait très fortement d'être morte. Avant qu'elle ne retrouve le courage de la plier pour la faire envoyer, elle fut distraite par le tintement de la clochette dans l'entrée, descendant pour aller voir ce qu'on lui voulait. C'était une simple cliente qu'elle aimait bien et avec qui elle bavarda un peu avant de remonter à l'étage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Mar 27 Déc - 9:28


Bien entendu, ce fut pendant ce laps de temps que Chikage s'introduisit chez elle, passant par la fenêtre qu'elle n'avait toujours pas fermée. Un jour, il l'attaquerait, juste pour lui faire comprendre que c'était aussi stupide que dangereux. D'un autre côté, ça l'arrangeait bien car cela lui permettait de ne pas avoir à se présenter à la porte, mais il préférait largement devoir toquer que d'avoir cette pensée volatile ennuyeuse concernant sa sécurité.

Il était là, calé contre l'embrasure en bois, sa pipe à la main. Il donnait à la scène un air très domestique, tant il s'incrustait parfaitement dans le décor. C'était comme s'il était né pour là, ou s'il avait toujours été là.
Chikage avait bien noté la lettre et bien malgré lui, avait jeté un œil rapide sur le courrier, juste pour noté l'écriture désordonnée de sa compagne et savoir que le document ne le concernant nullement. Passés les premiers mots, ses yeux s'étaient détournés. Pourtant, il brûlait de savoir. Est-ce qu'elle parlait de la mort du clan ? Lui demandait-elle de revenir ? … est-ce qu'elle parlait de lui ? Hanako semblait avoir été proche de sa mère, aussi cela ne l'étonnerait pas qu'elle partageât avec elle ses secrets intimes. Autant de questions dont il voulait les réponses sans pouvoir les exiger. Un sentiment assez inédit pour Monsieur le Chef de clan, a qui de base on ne refusait pas grand chose, et qui avait la force de se procurer tout ce qui ne lui tombait pas immédiatement tout cuit dans la bouche.

- « Bonjour. » fit-il de sa voix calme. « … es-tu libre aujourd'hui ? » Ah, on ne pouvait pas dire qu'il ne faisait pas attention ! D'ordinaire, il ne lui serait pas venu à l'esprit de vérifier les engagements pris par Hanako. D'un autre côté, si elle lui répondait justement que non, elle n'était pas libre, Chikage le prendrait mal. Donc la question était pure rhétorique, mais avait ça qu'elle avait été posée. C'était, somme toute, une première étape...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Mar 27 Déc - 14:10


En remontant à l'étage Hanako eut la surprise de découvrir que Chikage l'attendait nonchalamment en train de fumer. C'était une scène assez banale à qui la simplicité et la redondance conférait effectivement un caractère domestique mais étrangement elle ne s'en lassait pas. Au contraire, elle trouvait ça assez apaisant pour s'arrêter net et contempler la scène quelques instant avec un air tranquille. Pour quelqu'un qui s'impatientait facilement, Hanako trouvait qu'elle se laissait de plus en plus toucher par les humeurs languissantes, à croire que Chikage était contagieux ou qu'elle s'assagissait.

Malgré son silence, Chikage avait dû l'entendre ou la voir car il la salua aussitôt la sortant de sa rêverie. Un petit sourire en coin, elle ne lui répondit pas, s'approchant de lui avant de s'immiscer dans son tableau domestique sans la moindre gène. La dernière fois il lui avait reproché de ne pas être assez spontanée alors au diable sa tranquillité. Une main posée sur son épaule elle se pencha pour l'embrasser. Pas un léger baiser délicat mais plutôt une longue embrassade langoureuse, une étreinte si impérieuse et passionnée qu'il fallait au moins les muscles de Chikage pour ne pas qu'ils basculent tous les deux dans l'élan. Cela ne faisait que quelques jours qu'ils ne s'étaient pas vu pourtant mais Hanako jouait rarement dans la demi-mesure. Rouvrant les yeux, la jeune femme reprit sa respiration en lui offrant un sourire lumineux et un tantinet espiègle avant de se redresser l'air de rien.

« Bonjour, oui je suis libre ce soir, pourquoi ? »
, demanda-t-elle plutôt curieuse de savoir ce qu'il avait préparé. Justement, d'habitude il ne prenait pas la peine de s'enquérir de ses disponibilités donc elle était plutôt intriguée par ses projets. Elle trouvait ça assez poli d'ailleurs, même si sa question l'amusait presque : quand on était comme Hanako on avait rarement des engagements et même si elle en avait eu, elle n'aurait eu aucun mal à s'en défaire. L'avantage d'être une irresponsable finie.

Pendant qu'il répondait, elle se détourna pour fermer la lettre qui gisait toujours sur la table. Au moins elle était sûre que l'encre avait séché. Pas une seconde elle ne soupçonna Chikage d'avoir lu le contenu, d'autant plus qu'à part l'entête il était en Chinois, il y avait donc peu de chance qu'il ait pu comprendre même s'il avait voulu la lire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Ven 30 Déc - 18:43


Le baiser que Hanako lui donna était innatendu, mais bienvenue. Chikage ne dit rien et accepta l'offrande, répondant à l'entrain de la jeune femme par une langueur consommée. Peut-être que dans d'autres circonstances, il aurait laissé cet échange devenir autre chose de bien plus.... plus. Dans tous les sens du terme. Mais il avait une idée derrière la tête, aussi calma-t-il les ardeurs de sa compagne.

- « Je voudrais ton avis sur quelque chose. » lui indiqua-t-il en se levant à son tour. D'un tour de main, il rangea son matériel à fumer, mais qu'il n'empocha pas. Il se contenta d'en faire un tas bien net pour le poser dans un coin. Petit à petit, il prenait ses marques chez elle, et surtout, prenait ses aises. Il laissait de plus en plus des affaires, pour ne pas manque de quoi que ce fût quand il était chez sa maîtresse.

Après avoir pris son haori et indiquer à Hanako de faire de même, il la mena dans la ville, jusque dans les beaux quartiers. A travers les bâtiments et les toits, on pouvait parfois apercevoir le palais impérial ou shogunal. Finalement, il s'arrêta devant le portail d'une demeure. Entourée d'un espace arboré, la villa ne se voyait pas: tout juste la devinait-on au bout de l'allée. Chikage s'engagea résolument sur les dalles.
- « Vu que je passe de plus en plus de temps à Kyoto, il devient judicieux pour moi de quitter l'auberge. Cet endroit m'insupporte. J'aime assez cette habitation, et je voudrais savoir ce que tu en penses. »
Après tout, c'était elle l'expert en Ki. Et bon, elle était sa maîtresse... autant que ce faire, si elle pouvait aimer sa maison, ça l'arrangerait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Ven 30 Déc - 22:29


Rendue docile par la curiosité, Hanako enfila son haori sans protester. Chikage avait toujours le don de la prendre au dépourvu aussi était elle intriguée de voir ce qu'il lui réservait cette fois. Il lui avait dit vouloir son avis mais elle ne se considérait pas vraiment comme éclairé sauf dans le domaine des massages et de l'acuponcture, or elle imaginait mal Chikage s'intéressait à des huiles de massage.

Pas franchement réputée pour son calme, la jeune femme ne tint pas en place pendant tout le trajet, asticotant Chikage pour en savoir plus. Néanmoins ses questions et ses légères taquineries n'eurent aucun effet et elle dû donc se résoudre à s'interroger en silence pendant qu'il la guidait à travers la ville. Impatiente, la jeune femme sentait sa curiosité grandir chaque fois qu'ils s'éloignaient davantage du quartier marchand et des autres quartiers plutôt vivants. Là ils allaient en direction des belles résidences, un endroit plutôt jolie mais où il n'y avait rien à faire.

Admirant distraitement le palais impérial qui se dressait au loin, Hanako faillit percuter Chikage alors qu'il s'arrêtait brusquement devant une jolie maison bordée d'arbre. Il n'y avait que dans ce quartier qu'on pouvait encore trouver des jardins aussi vaste dans une ville aussi peuplée que Kyoto. Même si leur écorces mises à nus par l'hiver ne donnait pas le plus beau spectacle, l'endroit était indéniablement magnifique, tout comme la grande maison typiquement japonaise qu'on devinait derrière.

Alors qu'elle s'apprêtait à lui demandait ce qu'ils faisaient ici, Chikage révéla indirectement qu'il souhaitait acquérir l'endroit, laissant Hanako sans voix. Elle le suivit machinalement mais la surprise peinte sur son visage devait être assez comique à voir, tout comme les léger humement qu'elle laissait échapper alors qu'elle cherchait ses mots.

Elle savait que Chikage était fortuné – du moins elle s'en doutait - mais au point de s'offrir une telle résidence secondaire dans le plus beau quartier de Kyoto ? Cela remettait pas mal de choses en perspectives mine de rien. Elle voulait bien fermer les yeux sur sa vie mais il y a un moment donné où la curiosité l'emporterait sur sa discrétion...

« Elle est très belle »
, approuva-t-elle finalement en jetant un regard sur la façade qui rendait le lieu encore plus impressionnant vu de près. « J'aime beaucoup le jardin », ajouta-t-elle en toute sincérité, songeant que c'était effectivement agréable d'avoir autant de verdure dans une ville. C'était tout à fait le genre d'endroit où elle imaginait une famille nombreuse de plusieurs génération plaisanter tous ensemble une belle après-midi d'été. Pour autant au son de sa voix il n'était pas difficile de voir que quelque chose la perturbait. Toutefois, l'avantage avec Hanako c'est qu'elle tentait rarement de dissimuler ses émotions ou ses impressions...

« Mais tu ne vas pas te sentir... seul ? … dans un endroit comme ça ? », lui demanda-t-elle en resserrant son haori comme si la simple idée lui donnait froid. Hanako était très heureuse dans son minuscule appartement, mais même si elle avait eu l'occasion de vivre dans un lieu plus grand jamais elle n'aurait accepté tant l'idée de se retrouver seule entre des murs aussi vaste la terrifiait. Elle se sentait souvent en manque d'affection, de compagnie, elle aimait l'agitation du quartier marchand même si elle s'en plaignait allègrement, être ici dans cet endroit grand et si isolé... rien que l'idée lui donner des frissons. Après, cela n'engageait qu'elle peut-être que Chikage aimait la tranquilité et la solitude après tout c'était sa maison.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Dim 1 Jan - 20:54


Savoir que Hanako appréciait les lieux fut un soulagement. Chikage fut surpris par l'intensité de ce sentiment : il était loin d'imaginer que le sceau d'approbation de la jeune femme comptait tellement pour lui. Pourtant, c'était exactement ce qui gonflait sa poitrine et délestait ses épaules d'un poids certain. Il y eut donc comme un sautillement primsautier dans sa démarche, alors qu'il guidait Hanako de pièce en pièce.
La maison n'était pas la plus somptueuse mais elle avait un cachet inédiable, obtenu par le patin des années et la patte de l'architecte qui avait veillé avec un soin presque jaloux à préserver des proportions nobles. C'était presque pleine d'humilité que le domaine proposait une demeure sur un seul niveau, à plat, comme lové autour d'une mare intérieure, elle-même entourée de roseaux et de nénuphars. Des carpes d'une taille impressionnantes démontraient, si besoin en était encore, que les lieux n'étaient pas dans leur première jeunesse. Mais c'était justement ce calme mature qui avait séduit Chikage.

- « Bien entendu que ma maison a un superbe jardin. Il ne serait en être autrement. » répondit-il avec une voix qui suintait l'évidence. Hanako venait de dire que la neige était blanche, mouillée et froide, ou tout comme.  « Je suis déjà seul la plupart du temps. » l'informa-t-il. « Au moins ici je serai entouré de serviteurs dignes de ce nom. Je serais peut-être un peu moins mal accompagné. » concéda-t-il. Bien sûr, les serviteurs seraient Onis ou soumis au secret le plus absolu. « Et puis, avec cette maison, peut-être ma famille pourrait venir. Enfin, pas tous. Je me passerai bien de la visite de ma tante, pour tout te dire. Quelle chance, elle déteste les humains encore plus que moi. Et elle aime tellement pouvoir --bref.  » Il s'arrêta juste à temps avant d'avouer  « elle aime tellement pouvoir jouer au chef de famille en mon absence », ce qui aurait trahi une grande partie de son statut.
Il savait qu'au moment où Hanako saurait sans l'ombre d'un doute qu'il était chef de famille, et chef de clan de surcroît, leur relation allait changer. Dans quel sens, il ne pourrait le dire, mais il n'aimait pas ne pas savoir, et ne pas maîtriser son futur. Or son histoire avec Hanako était la seule chose dont il pouvait se targuer de savoir où, quoi, comment, alors même qu'il n'avait pas la moindre idée de ce qui allait se passer d'ici les dix prochaines minutes ; c'était peut-être ça, la magie de l'amour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Dim 1 Jan - 21:57


Hanako se laissa bien volontiers guider dans les différentes pièces admirant la beauté des lieux. Il n'y avait pas beaucoup de fioriture mais justement les grandes pièces anciennes et solides donnaient une impression de stabilité tranquille qui convenait bien aux Onis.

Un peu rassurée par son affirmation, Hanako lui sourit avec une certaine tendresse avant de reprendre ses attitudes plus facétieuse.

« Si tu n'étais pas Chikage Kazama, je te dirais que tu es le bienvenue chez moi chaque fois que tu cherches une meilleure compagnie, mais j'imagine que je n'ai pas besoin de le préciser ô mon être Supérieur », souleva-t-elle avec un sourire espiègle tout en lui faisant les gros yeux alors qu'elle parlait d'être une bonne compagnie, anticipant une éventuelle pique à ce sujet. Dans tous les cas, cela avait le mérite d'être dit, même si elle pensait sincèrement que Chikage savait qu'il était le bienvenu chez elle, surtout vu la façon dont il avait déposé ses affaires et s'invitait quand il voulait. Notons bien qu'il n'y avait aucun reproche dans ses paroles, la situation lui convenait très bien comme ça.

Même si pour être honnête, elle était plutôt contente de connaître sa future adresse... La perspective de pouvoir lui rendre la pareil effleura son esprit mais se dilua aussitôt qu'il évoqua la possibilité d'inviter sa famille. Hanako n'avait pas honte d'être la maitresse de Chikage mais pour autant elle se voyait mal se ramener comme une fleur devant ses proches. Quoi que, rien que le fait d'imaginer la tête de maman Kazama lui donnait envie de rire. D'ailleurs, si elle garda sagement ses pensées pour elle, son sourire malicieux laissait soupçonner qu'elle préparait un mauvais coup. Néanmoins elle redevient plus sérieuse quand il coupa net sa réplique de manière vraiment suspicieuse. Pouvoir faire quoi ? Qu'est-ce qu'il tenait tant à lui cacher au sujet de sa tante ?

Hanako le regarda silencieusement un moment avant de soupirer. Elle n'était pas du genre à se montrer trop invasive dans la vie de ses amants et ils avaient convenus qu'elle ne devait pas trop en savoir sur les histoires Onis, mais tout de même...

« Je veux bien être aveugle mais je ne peux pas être sourde en plus », grommela-t-elle histoire de lui signifier qu'elle n'allait pas chercher à savoir ce qu'il ne voulait manifestement pas qu'elle sache mais qu'elle n'était pas non plus stupide et qu'il devait faire attention.

« Quoi qu'il en soit, je suis sûre que tu seras très bien installé ici »
, ajouta-t-elle avec sa mine enjouée habituelle histoire de finir sur une note positive.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Lun 2 Jan - 14:57


- « Hum. » répondit-il avec son exubérance habituelle. Il savait très bien qu'il pouvait venir chez elle... mais c'était exactement ça qui avait éveillé chez lui cette nostalgie et ce besoin nouveau, impérieux d'avoir un « chez soi » local. Car chez elle, c'était chez elle. Il pouvait y laisser sa marque, petite ou grande selon qu'elle le laissait se répandre et envahir les lieux, mais il ne serait jamais chez lui. Essentiellement parce qu'il n'aurait jamais choisi un tel logement, et malgré ses efforts, il ne sera jamais à l'aise dans un tel environnement. Pas d'arbres et beaucoup trop d'humains à la ronde...
C'était bien en réalisant à quel point sa vie sur Kyoto était vide de tout que Chikage avait pris la décision d'investir dans une demeure, ouverte au clan tout entier même s'il y en restait le maître – comme d'habitude, quelque part... Lui-même s'étonnait d'avoir tenu aussi longtemps à l'auberge tout en ne sachant pas pourquoi il n'avait pas acheté ou loué tout de suite une telle maison. Sûrement parce qu'il refusait d'admettre que sa présence à la capitale humaine serait autre que strictement passagère. Acheter, louer, c'était encore avouer un séjour long, or Chikage n'avait jamais rien voulu d'autre que retourner dans son village.

Sauf que... maintenant qu'il avait vu les humains et leur façon de vie, pouvait-il décemment se détourner de ce fourmillement ? Pour protéger les siens et assurer l'avenir de la race toute entière, il fallait admettre, enfin, que les Onis ne pouvaient plus vivre couper du monde. Bien au contraire, ils devaient s'impliquer. Les Gozen avaient donc vu juste en se liant à la maison impériale depuis tout ce temps...
Et consentir à penser que cette peste de Sen avait raison faisait extrêmement mal à l'ego de Chikage.

- « Hum.... ma famille est sûrement aussi compliquée que la tienne. » expliqua-t-il en s'asseyant sur la promenade extérieure. L'hiver avait blanchi tout le paysage et il faisait froid, mais Chikage s'en moquait. Au pire, il utiliserait Hanako comme bouillotte et à ce titre, lui indiqua de venir s'assoir au plus près. Par exemple, contre lui... « En fait, en de nombreux points, ma tante et moi sommes très similaires. Elle a beaucoup œuvré à mon éducation après la mort de mon père, aussi a-t-elle pour moi des accents paternels, presque martiaux. Et comme moi, elle est extrêmement déterminée. » … comprendre donc têtue, « et dévouée à la famille, au clan, à la race. »... comprendre ici, persuadée d'avoir raison à chacune de ses décisions. Ce qui faisait, en additionnant les deux, une certaine incapacité à admettre avoir faux ou à même ne serait-ce que faire marche arrière.  « A l'écouter, je suis encore qu'un gamin monté en graine qui devrait ne rien faire que boire la grande sagesse de mes aînés, en particulier la sienne. »
En gros, ils se disputaient la place d'alpha dominant.
Cela n'empêcherait pas Chikage d'aller jusqu'à se sacrifier pour sauver sa tante si nécessaire. Il l'aimait... de loin.

- « Et toi, y serais-tu bien installée, si d'aventures tu devais venir passer la journée ou la nuit ici ? » demanda-t-il d'un ton calme, alors que son cœur se mettait brusquement à battre la chamade.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Lun 2 Jan - 21:54


Attentive, Hanako le regarda s'asseoir tout en écoutant ce qu'il lui racontait. Suspicieuse quant à la chaleur relative du sol, elle ne put néanmoins se résoudre à laisser son invitation dans le vent, aussi rassembla-t-elle son courage pour s'asseoir à ses côtés. Malheureusement, les planches étaient aussi froides qu'elles en avaient l'air et elle ne put s'empêcher de se trémousser un peu comme pour retarder le plus possible le moment fatidique ou ses fesses seraient complètement posées sur le sol. Frigorifiée, elle ne se fit donc pas prier et s'empressa de se blottir le plus contre lui, pour voler un peu de sa chaleur. De toute manière, même s'il avait fait bon, elle se serait sans doute mis dans la même position, serrée contre son flanc, la tête posée sur son épaule. C'est d'ailleurs à cause de cette proximité qu'il put sentir son léger sursaut alors qu'il l'invitait implicitement à venir passer du temps ici.

Elle ne savait pas ce qui était le plus surprenant à ses yeux : la proposition ou la joie que cela lui procurait. Quelque part, elle était aux anges de ne pas se savoir indésirable même si elle conservait quelques doutes à ce sujet.

« Oh tu sais moi je suis bien n'importe où tant que tu es là... », répondit-elle sans chercher à cacher son humeur extatique. Cela dit, elle disait ça dans un sens très pragmatique : Hanako n'était pas difficile en terme de logement, l'important pour elle c'était la compagnie et celle de Chikage était agréable. Jamais elle n'aurait aimé habiter dans une maison comme ça seule, mais passer du temps avec lui dedans lui semblait au contraire être une très bonne perspective.

Cela dit, cela soulevait quand même quelques interrogations qui l'empêchaient de savourer ce moment tout à fait pleinement. Hanako avait eu beaucoup d'amants auparavant et elle ne s'était jamais vraiment sentie la bienvenue auprès de leurs familles. Si la pression sociale pour eux étaient moins grande, cela ne plaisait à personne qu'ils aient une maitresse. A la limite, ils préféraient qu'ils aillent faire leur éducation sexuelle auprès d'une professionnelle plutôt qu'elle, femme indomptée sans la moindre vertu et qui ô comble de l'indécence l'assumait en plus et refusait le mariage.

« Cela dit, je ne dis pas que c'est dans ton intention mais je préfère prévenir quand même, je n'aime pas mentir sur qui je suis et ce que je suis Chikage... », commença-t-elle sur un ton hésitant preuve qu'elle cherchait ses mots. « J'entends par là que ta famille soit là ou pas je ne me comporterais pas différemment ou cacherait notre relation... Est-ce que tu es sûre d'être à l'aise avec ça ? », demanda-t-elle en tournant la tête pour le regarder, comme si ses yeux pouvaient l'empêcher de mentir ou de ne pas réfléchir sérieusement à la question.

Il lui avait bien fait comprendre : sa famille, son clan avait beaucoup d'attentes à son égard et il les aimait et considérait beaucoup... Etait-il réellement prêt à assumer fréquenter quelqu'un comme elle, même pas complètement Oni de surcroit ? Après tout, elle se moquait bien de ce que pouvait penser sa famille mais lui non, et elle ne voulait pas qu'il lui en veuille à cause de ça.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Mer 4 Jan - 13:49


Chikage resta un moment silencieux, cherchant à démêler les fuseaux de sentiments en lui. Il explorait aussi les différentes possibilités de présenter sa réponse à venir. Il ne voulait pas vexer Hanako, mais qu'importe l'habillage, le sens de ses paroles resterait toujours le même.

- « Je n'ai pas honte de toi, ou honte de mes choix, si c'est ce qui te tracasse. » finit-il par dire en rabattant son bras devant elle, l'enserrant contre lui. Une partie de son haori vint bloquer les vagues de froid. « Loin de moi l'idée de te rabaisser, mais... tu es ma maîtresse, Hanako, pas ma fiancée ou ma femme. Le mot veut bien dire ce qu'il veut dire : tu es là pour mon plaisir personnel, et c'est telle que tu es que tu me plaît. Ma famille n'a pas son mot à dire sur ce que je fais de mon temps libre. Encore une fois, il n'y a rien d'illégal ou de pervers dans notre relation. Je serais heureux de te présenter comme mon amante, et ma famille te fera un accueil à la mesure de cette position. »
Difficile pour elle de comprendre qu'être la maîtresse du chef de clan lui donnait une position haute. Tout le monde supposerait, sans se tromper en plus, qu'elle avait l'oreille de Chikage, en plus de son corps et d'une partie de son cœur.

- « Ce qui est plus dérangeant est que tu ne pourras pas parler de tes origines. Je te l'ai dit, il y a des lignes à ne pas franchir, et à partir du moment qu'un autre que moi sait pour ta famille, tout va changer, et tu ne vas pas apprécier du tout ce changement. »
S'il n'était pas n'importe qui, elle l'était encore moins. Certes, elle n'était pas héritière d'un clan. Plus jamais les Yukimura, ou même un autre nom, ne surgira. Il fallait s'y faire, les Onis n'étaient même pas assez nombreux pour remplir 3 clans, alors faire renaître un 4ème ? Mais elle était héritière de famille, et en tant que fille Oni, bien que de sang-mêlé, il se trouverait bien des oncles ou des tantes qui voudraient la marier et la faire rentrer dans le moule de la société oni. Chose qui n'irait jamais à Hanako. Elle ferait une plutôt bonne mère, mais jamais contrainte et forcée.
- « L'adage qui dit « pour vivre heureux, vivons cachés » a toujours été une constante chez les Onis. Et si je n'envisage pas de dévoiler à tous ton identité, je n'envisage pourtant pas de te laisser dans l'ombre. Tu fais partie de ma vie, et je l'assume complètement.. Si tu veux rencontrer dans ma famille, je n'y vois pas d'inconvénient. Prépare-toi juste à entrer dans l'inconnu le plus total. Découvrir un autre monde, et toutes les phrases vides de sens qui vont avec. »
Femme avertie en vaut bien deux, qu'ils disent...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Mer 4 Jan - 20:13


Hanako sentit les efforts que Chikage mettait à formuler ses propos et elle se tendit légèrement, angoissée de savoir ce qui nécessité un tel enrobage. Ce fut donc avec un léger rire qu'elle accueillit les paroles qu'il prononça ensuite. Elle ne trouvait pas ça rabaissant du tout, elle comprenait ce que Chikage voulait dire, et c'était d'ailleurs plutôt flatteur en fait quand on connaissait le tempérament de Chikage. Elle savait qu'il ne s'accordait guère de choses pour lui tellement il était obsédé par son devoir, être son seul agrément était donc un honneur non ? En outre, les choses auraient été bien malsaine si elle n'avait été qu'un jouet mais ce n'était pas le cas. Elle jouait ce rôle de sa propre volonté, pour la simple et bonne raison qu'il était réciproque. Après tout, elle fréquentait aussi Chikage pour le plaisir que sa présence lui procurait. Si jamais un jour leur relation devait se déséquilibrer alors elle prendrait fin c'était aussi simple que ça. En attendant, elle n'allait pas s'offusquer de n'être « que » sa maitresse, parce qu'en réalité c'était beaucoup. Quelque chose de préférable même, à l'aliénation maritale que partageait certaines personnes qui n'avaient guère envie d'être ensemble. En l'occurrence c'était même tant mieux si cela pouvait lui éviter certaines convenances.

Elle aurait pu le rassurer, lui dire qu'elle n'était pas fâchée, mais depuis le temps, Chikage devait savoir que le sérieux n'était pas son fort, elle était beaucoup trop joueuse pour ça. Sans vraiment quitter son étreinte, Hanako se contorsionna pour lui faire face assise à califourchon sur ses cuisses. Au cas où sa posture n'aurait pas été explicite, son visage venait parachever le tout avec une expression aussi espiègle qu’enjôleuse qui lui allait à ravir. « Hmm... Je n'irais pas jusqu'à dire qu'il n'y a rien de pervers dans notre relation », susurra-t-elle sur un ton aussi taquin que provocant en déposant un simple baiser sur sa joue, feignant de ne pas avoir compris dans quel sens il avait employé le mot. Tous les deux savaient très bien que c'était faux, mais elle ne pouvait définitivement pas résister au plaisir de l'asticoter dès qu'elle en avait l'occasion. Et de le séduire aussi en un sens, car elle savait que cela ne mènerait à rien. C'était juste pour le plaisir d'allumer une lueur de désir dans ses yeux.


Quant au fait de ne pas révéler son identité... Elle trouvait ça plus prudent en effet, Kazama et sa mère l'avaient suffisamment prévenus pour qu'elle se méfie à l'idée d'être attraper par le bras et mariée à un zigoto quelconque. C'était d'autant plus crédible qu'elle venait d'une famille réputée pour sa fertilité – chose au combien précieuse chez les Onis – et qu'elle ne connaissait pas le rang de Chikage, et donc elle ignorait à quel point il pourrait s'opposer à ce genre de comportement. Plus sérieuse, elle pencha la tête sur le côté tout en approuvant.

« Je dois dire que ça m'arrange en effet de cacher mon sang oni si je dois rencontrer ta famille. Déjà je me comporte beaucoup trop comme une humaine, ils n'auraient pas supporté... », expliqua-t-elle en haussant légèrement les épaules pour bien montrer que leur jugement n'avait aucune valeur mais qu'elle avait bien remarqué l'agacemment que cela provoquait parfois chez son amant. Elle avait dit ne pas vouloir mentir et elle le pensait mais justement, elle se rapprochait plus des humains que des Onis donc cela lui semblait être un mensonge bien innocent... « Et puis... C'est... Hmm... Je crois que j'aimerais bien rencontrer ta famille, ça me semble être un bon moyen de voir comment les Onis vivent réellement sans vraiment m'engager dans cette voie... », expliqua-t-elle d'une voix incertaine, déjà parce qu'elle avait du mal à expliquer ce qu'elle voulait dire, mais aussi parce que cela ouvrait un chemin bien nébuleux.

Sans même s'en rendre compte, Hanako laissait sa curiosité mettre un pied sur la route des Onis qu'elle avait pourtant farouchement éviter jusque là. Peut-être qu'un jour elle voudrait rejoindre un clan. Un « peut-être » hautement improbable, mais un « peut-être » quand même à la place d'un « non » absolu, c'était tout de même un sacré pas en avant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Ven 6 Jan - 12:12


Chikage ne put retenir un grognement quand Hanako lui grimpa littéralement dessus. Difficile de dire si c'était un grognement de contrariété ou d'approbation. Si une partie de lui désapprouvait le manque de sérieux en général de la jeune femme (comme par exemple quand elle se retrouvait mêlée à des histoires d'espionnage), l'autre partie de lui ne pouvait pas cacher qu'il aimait quand elle se montrait spontanée alors qu'il était l'objet de ces élans.
Ses mains se posèrent automatiquement sur la taille de sa maîtresse, pour assurer son équilibre, tandis qu'elle lui susurrait quelque chose qui ne pouvait qu'éveiller son sens de la contradiction immédiate et non-fondée.
- « Parle pour toi, ma chère. Moi, je suis pur et innocent... » laissa-t-il couler avec son flegme condescendant, en se reculant un peu pour lui dédier une fausse œillade mi-blasée, mi-choquée. Cela ne l'empêcha pas de venir flatter sa croupe d'une main qui se révéla audacieuse, en finissant le geste par une petite fessée, pour corriger cette déclaration hautement effrontée. Oser dire à haute voix que Chikage Kazama était tout sauf parfait était un crime ! Et techniquement, c'est était un, de lèse-majesté, ou pour être exact, de lèse-chef de clan.

- « Hum, je ne te dis pas de cacher ton sang oni. Juste la connaissance de son origine. Jamais ma famille ne croira que je me fraie avec une humaine. » Malgré lui, il sentit un frisson de dégoût à cette idée.  « Non, sois simplement une demi-oni, élevée par les humains, et pas forcément désireuse de renoncer complètement à cette... famille. Ça devrait les choquer et les Dieux seuls savent à quel point ma famille a besoin d'être choquée. Bien que sur ce sujet, je partage leur opinion. Un sang-mêlé devrait tout de même voir ses origines oni prévaloir. Mais sur tant d'autres points, les miens, ma race, a besoin d'évoluer et d'accepter de changer leur façon de vivre.... »

Quelque part, il utilisait Hanako pour revendiquer son droit à la différence, et prouver son argumentation. Si petit à petit, les familles s'ouvraient de plus en plus aux métis – un demi-sang vaut toujours mieux que pas de sang du tout – les changements étaient lents. Trop lents. Or, Chikage avait l'intime conviction que les Onis ne survivraient qu'au prix d'une adaptation éclair dans un monde où se cacher n'était plus une possibilité. Même si le Japon réussissait à repousser les étrangers, le pays était engagé dans une guerre civile. A moins que l'entièreté de la caste dominante s'entretuasse, les Onis devraient faire face à un shogun ou un empereur au courant de leur existence et bien décidé à éliminer toute menace. Cependant, il y avait de l'espoir. Grâce aux manigances de la famille Gozen, l'Empereur était assez bien disposé envers les Onis. Du moins sur le papier. Il y avait aussi ses étrangers. Une partie des Onis pensaient qu'il serait peut-être mieux que de s'allier avec eux, eux qui ignoraient tous des « démons », pour se débarrasser de tous ceux qui connaissaient leur nature, et peut-être même s'ériger en maîtres du pays... Des lueurs, comme des lucioles, des éphémères bouffées d'air frais dans un monde de sulfure.
Hanako aurait-elle des réticences à être utilisée pour avancer la cause de Chikage ? Ce dernier pensait réellement que non, si jamais elle devait apprendre le fond réel de l'histoire en cours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Ven 6 Jan - 19:07

Même en sachant que Chikage n'était pas sérieux – d'une part à cause des mémorables parties de jambe en l'air qu'ils avaient eu, d'autre part à cause de la fessée quelque peu audacieuse qu'il lui accorda – Hanako ne pu s'empêcher de chercher le dernier mot. A son tour donc d'afficher une moue condescendante bien qu'elle ne soit pas rompue à l'exercice aussi bien que Chikage.

« Les gens 'purs et innocents' sont d'un ennui... »
, roucoula-t-elle avec un mélange de charme et de dédain. Et toc ! Il s'offusquait qu'elle ose prétendre qu'il n'était pas parfait, et bien maintenant c'était chose faite et explicitement en plus. Une victoire sans doute éphémère connaissant la répartie de Chikage, mais qui faisait toujours plaisir. Surtout qu'Hanako était de bonne humeur à cause de la proposition de Chikage. Elle avait été loin d'être sûre qu'il assumerait ainsi leur relation, cela lui faisait bien plus plaisir qu'elle ne l'imaginait.

Cela dit, son moral s'assombrit alors qu'il précisait sa pensée à propos de ses origines. Quelque part son dégout apparent pour les humains eut le don de l'exaspérer et elle roula sur le côté pour se défaire de sa position provocatrice signe qu'elle n'était plus d'humeur joueuse.

« Ah oui, Monsieur le Grand Chikage n'a jamais frayé avec un humaine ? », questionna-t-elle sans réellement attendre de réponse. Il n'avait aucune raison de lui mentir, pas plus qu'elle n'en avait d'imaginer qu'il avait effectivement fréquenté des humaines à l'occasion. Après tout, Chikage ne s'était vraiment montré intéressé que quand il avait su pour sa nature oni. Ça et son fétichisme des cornes ce n'était pas difficile d'imaginer qu'ils n'auraient pas finis ensemble si elle n'avait pas été métis. Sans trop savoir pourquoi, Hanako se sentait blessée par cette idée. Sans doute parce qu'en ce qui la concernait, Oni ou pas elle aurait probablement désiré Chikage de la même manière. Sans doute parce qu'elle se plaisait à croire que sa personnalité et ses charmes primaient sur tout et que cela laissait sous entendre que finalement, sa nature était plus importante. C'était assez insultant en fait. Sans parler de l'insulte faite aux humaines et conséquemment à sa nature humaine également.

« De toute façon, je ne vois pas ce que ça change qu'ils connaissent l'origine de ma famille ou pas. S'ils savent que je suis moitié Oni, ils vont vouloir me mettre dans le rang non ? C'est toi même qui l'a dit quand on s'est rencontré », argumenta-t-elle sans cherché à cacher une pointe d'agressivité dû à son énervement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Sam 7 Jan - 16:53


- « C'est qu'ils n'étaient pas si purs et innocents que ça. » répliqua-t-il du tac-au-tac. « A fréquenter n'importe qui. Alors que moi, je ne suis pas un « gens » .... » Chikage et l'art d'enfoncer les portes ouvertes. Il n'y avait pas plus évident. Chikage n'était pas tout le monde. A la rigueur, il était un monde à lui-seul, et il le savait.
Et pour clore le débat, il embrassa Hanako, coupant court – il l'espérait – à une discussion plus longue sur la perfection ou non de son être. De toutes les façons, n'était-il pas Son Être Supérieur ? Nah !

- « Oh, de très rares humaines ont réussi à atteindre mes critères. Mais aucune n'aurait jamais été présentée à ma famille. » dit-il comme une évidence. C'était presque à se demander pourquoi il avait besoin de spécifier ce dire.

- « Demi-Oni veut dire demi-Humaine. » fit-il en ramenant Hanako dans le cerceau de ses bras. Il avait froid, sans elle ! « Tu as vécu ta vie, pour autant que les miens savent, au contact des Humains. Tu en as leur état d'esprit. Beaucoup considèrent que c'est une perte de temps que de vouloir intégrer de tels métis dans notre société... ça reviendrait, à leurs yeux, à vouloir dresser un singe dans l'espoir de le faire assoir à la table commune. Risibile et de toutes les façons, impossible. Presque insultant. De ce fait, si tu mets en avant tes origines humaines et étrangères, ma famille n'ira pas chercher plus que ça. Il se peut même que certains pensent que tu as déjà rempli ta mission en m'amusant... Enfin, ils sont de moins en moins à réagir ainsi. Disons que la plupart des miens... des Onis en général, ne veulent pas accepter devoir temporiser avec les Humains. »
Lui le faisait, mais avec la plus grande des réticences ; entre deux maux, choisir le moindre. Jamais Chikage ne ferait confiance aux Humains. Il se pouvait qu'un individu, de temps à autre, l'étonne et même le charme. Contrairement à Kyo Shiranui, il ne recherchait leur compagnie ni leur accordait une valeur à visu. Mais il n'était pas complètement fermé.... il fallait juste comprendre qu'il n'était pas ouvert automatiquement.

- « Ce que j'ai dit à notre rencontre tient toujours. On fera tout pour te convaincre de venir. Mais personne ne poura t'imposer quoi que ce soit. C'est … tellement antinomique de notre culture. Par contre, le bourrage de crâne, les demi-vérités et la quasi-manipulation, ça... » Il n'élabora pas plus. Nul besoin. La mère de Hanako était un exemple vivant de ce que la société oni pouvait faire de pire aux siens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Sam 7 Jan - 21:27


Son baiser coupa effectivement toute vélléité de réponse sans pour autant effacer le sourire victorieux des lèvres d'Hanako. Comparé à ce qu'il faisait d'habitude sa réplique était décevante, il était juste incapable d'admettre sa défaite voilà tout. Et grande impératrice elle lui laissait le dernier mot pour ne pas froisser son orgueil démesuré... De toute façon, elle oublia rapidement leur joute verbale puérile, happée par le sérieux du reste de la conversation.

Il l'avait attiré contre lui et elle n'était pas fâchée au point de le frapper pour le faire lacher prise, aussi resta-t-elle emprisonnée dans ses bras contre lui malgré sa mauvaise humeur qui semblait presque émanait de son corps tant Hanako était sincère avec ses émotions. Le pire c'est que même contrariée elle appréciait la chaleur et la fermeté de son étreinte... Instinctivement elle avait envie de se blottir contre lui et de rester là à ronronner en regardant le jardin plongeait de plus en plus dans l'obscurité de la soirée. Tout cela aurait donc pu devenir un moment de contemplation très agréable, si les paroles de Chikage n'avait pas de nouveau fait bouillir le sang dans ses veines.

Elle était habituée à la condescendance et au mépris de son amant, mais à ce niveau là c'était frustrant. Ce discours, même rapporté, la mettait sur les nerfs à un point qu'elle sentait ses muscles se crisper. Un singe ! Ben voyons ! Si elle ne rejoignait pas les Onis c'est qu'elle ne le voulait pas, pas qu'elle n'en était pas capable ! Elle n'avait même pas encore rencontré les énergumènes capable de proférer de telles inepties et de se montrer aussi insultant et elle avait déjà envie de leur taper dessus.

« C'est un très mauvaise idée en fait, j'avais pas réalisé à quel point les Onis pouvaient être insupportable, vu ton niveau je me disais que j'étais tranquille... », grogna-t-elle finalement en se débattant légèrement pour s'extraire de l'emprise de Chikage. Dire qu'il y avait des personnes encore plus imbuvable que lui, elle peinait à le croire!  « Je n'ai aucune patience et mon instinct de survie frôle le zéro, tu crois vraiment que j'arriverais à me contenir si on me traite comme ça ? A la réflexion j'ai pas envie de frapper un membre de ta famille », bougonna-t-elle comme un enfant capricieuse même si on pouvait sentir la sincérité de ses paroles. Que cela soit une bonne idée ou pas, que cela soit quelqu'un d'important pour Chikage ou pas, Hanako n'était pas prête à se laisser marcher sur les pieds, et quand la répartie avait atteint ses limites la violence était une bonne option. Donc oui, il était fort probable que si on la traitait de façon trop condescendante, non seulement elle se montre encore plus irrespectueuse mais qu'en plus elle en colle une, quitte à pleurer derrière car elle ne se faisait aucune illusion sur ses chances une fois l'effet de surprise passé.

Chikage était son amant, elle se montrait plutôt docile avec lui, il ne réalisait pas vraiment à quel point elle pouvait être teigneuse même si elle lui en avait donné un bon aperçu... Quant au manipulation, inutile de nier, elle était le genre à tomber dans les pièges à pied joint à partir du moment où elle accordait sa confiance à quelqu'un. Elle ne le faisait pas souvent, mais Chikage par exemple pouvait probablement faire d'elle ce qu'il voulait sans qu'elle ne s'en rende compte... La réflexion ce n'était pas son fort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
Chikage Kazama
avatar
Messages : 922
avatar
Oni - Kazama - Leader du Clan
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Jeu 12 Jan - 8:21


- « Il ne tient qu'à toi de leur prouver que leur conception des métis est fausse. » répliqua-t-il, fermement, mais toujours aussi détaché.  « Les Onis sont une culture différente, pourquoi voudrais-tu qu'ils pensent et agissent comme des Humains ? Cependant, ça ne veut pas dire qu'on ne partage pas avec eux cette tendance à penser que l'autre est moins bien. Renverse la situation, va parler à des Humains des Onis, et ils te diront que nous sommes des monstres. C'est d'ailleurs ainsi que vous nous avez nommés, à notre rencontre. Yokaî, Oni. Monstres et démons. Nous sommes toujours la bête noire de quelqu'un.... »
C'était presque philosophique, mais ça n'en était pas moins la vérité. Chikage ne comprenait que partiellement la colère de Hanako. Qu'elle prît mal le fait que les Onis appliquassent sur elle un stéréotype était une chose, mais dans sa façon de formuler ses récriminations, elle avait tendance à englober tout, tout le monde, ce qui portait le débat dans une autre dimension.

- « Quant à frapper ma famille... tu peux y penser, et tu peux même tenter. Tu seras arrêtée avant même d'avoir fini de commencer ton geste. Selon les critères de puissance, tu es au niveau d'un enfant de trois-quatre ans. Tu as une très bonne perception du ki, mais aucune expérience dans sa manipulation. Si j'étais toi, ce n'est pas sur le plan physique que je porterai mes attaques. » conseilla-t-il.
Ce qui laissait donc le champ de bataille au niveau des mots, or c'était là, de l'aveu même de Hanako, le point faible de la jeune femme. Elle n'avait aucune patience. Mais Chikage savait déjà que la colère qu'elle piquerait et que les remontrances qu'elle enverrait à ce moment seraient fondées sur une grande part de vérité. Or les Onis écoutaient. Ce n'était pas pour autant qu'ils acceptaient – ça non – mais ils écoutaient toujours ce que l'autre avait à dire.
Hanako pouvait tourner ça comme elle le voulait, mais au bout du compte, elle était exactement la personne idéale pour enfin ouvrir les yeux aux Onis – si elle n'y arrivait pas, personne ne pourrait le faire, ou peu sans faut.
Ainsi... la question de savoir si elle était manipulée par Chikage pouvait se poser. De la même façon qu'on pouvait se demander s'il était attiré par elle pour qui elle était, ou pour ce qu'elle représentait... ou peut-être un mixte des deux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hanako Kuroyuri
avatar
Messages : 1216
avatar
Métis - Yukimura - Bien-être
MessageSujet: Re: La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]   Sam 14 Jan - 17:23


Mais bien sûr. S'il ne tenait qu'à elle de faire changer d'avis des têtes de mules centenaire alors... Trop facile. Soupirant ostensiblement pour montrer que l'idée ne l'enchantait guère, Hanako se lova néanmoins un peu plus contre lui, preuve qu'elle n'était plus vraiment fâchée. Humeur qui changea aussitôt que Chikage remit clairement en doute ses capacités à frapper sa famille.

« D'un enfant de 8 ans, j'ai la puissance d'un enfant de 8 ans s'il te plait », grommela-t-elle avec une certaine autodérision, reconnaissant tout de même qu'elle était effectivement faible. Enfin, de là à être au niveau d'un enfant de 4 ans ! Elle s'était quand même un peu améliorée depuis qu'elle se sentait plus épanouie avec sa transformation, même si elle ne la maitrisait toujours pas à son grand dam. Et puis, tout n'était pas qu'une question force brute, Hanako n'avait pas besoin de frapper fort, elle avait besoin de frapper juste.

Jouant nonchalamment à promener son doigt sur le bras de Chikage elle hésita à lui faire une démonstration. Après tout, elle se vantait quelque fois mais il ne l'avait jamais vu à l'oeuvre... Toutefois elle s'abstint finalement. Elle n'avait pas envie de lui faire mal. Même si ce n'était certainement rien pour lui, cela restait désagréable. Et puis c'était de la triche de lui infliger ça maintenant, dans ses bras. L'effet de surprise comptait toujours mais elle était son amante, elle n'allait quand même pas attiser sa méfiance pour un peu d'orgueil mal placé.

Soupirant de nouveau, Hanako se remit à finalement à sourire avant de l'embrasser langoureusement, renforçant son baiser un peu plus chaque seconde pour le faire basculait gentiment vers l'arrière. Elle n'avait nullement besoin de le frapper pour le neutraliser après tout...

« Ne me sous estime pas trop quand même », souffla-t-elle finalement avec un air taquin et un peu mystérieux en frottant le bout de son nez gelé contre le sien. Elle faisait référence à ses capacités martiales bien sûre, mais elle répondait aussi un peu à son compliment. S'il voulait des mots, il allait en avoir, ça c'était certain... Toute sa famille allait sans doute la détester, mais après tout, elle s'en fichait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur En ligne
 
La raison à ses raisons que le coeur ignore [PV Chikage] [Terminé]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feodal Kyoto :: Kyoto :: Centre-Ville :: Quartier résidentiel :: Demeure des Kazama-
Sauter vers: